Opérateur/opératrice de grue à tour - analyse nationales de profession

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît la présente analyse nationale de profession (ANP) comme la norme nationale pour la profession d’opérateur ou d’opératrice de grue à tour.

Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Tower Crane Operator

CNP: 7371

Année de désignation : 2010

Téléchargement PDF

Télécharger la version PDF (552 Ko) de ce contenu.

Guide d’auto-évaluation pour l’examen du Sceau rouge - Opérateur/opératrice de grue à tour

Utilisez l’outil d’auto-évaluation (PDF, 801 Ko) pour évaluer votre propre compréhension et votre expérience pour les tâches qui font parties de l’examen du Sceau rouge.

Information générale

Champ de compétence de l’opérateur ou de l’opératrice de grue à tour

« Opérateur/opératrice de grue à tour » est le titre officiel Sceau rouge de ce métier tel qu’accepté par le CCDA. Cette analyse couvre les tâches exécutées par les opérateurs et les opératrices de grue à tour dont le titre professionnel a été reconnu par certaines provinces et par certains territoires du Canada sous les noms suivants :

NL

NS

PE

NB

QC

ON

MB

SK

AB

BC

NT

YT

NU

Grutier

x

Grutier-treuilliste - conducteur des grues à pylône

x

Les opérateurs et les opérateurs de grue à tour utilisent des grues à tour pour lever, déplacer, positionner et placer des matériaux et de l’équipement. Ils effectuent des inspections préalables à l’utilisation des grues. Ils calculent les capacités de la grue à l’aide du tableau de charge de celle-ci et déterminent le poids de chargement, participent au montage et au démontage des grues, et positionnent et stabilisent la grue avant une opération de levage. Ils travaillent avec d’autres travailleuses et d’autres travailleurs pour s’assurer que le chargement est placé à l’endroit exact où il doit se trouver. Ils effectuent aussi des inspections périodiques de l’équipement ainsi que des réparations mineures sur l’équipement, et en font l’entretien.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour travaillent dans les secteurs résidentiels, commerciaux ainsi que dans les secteurs de l’industrie lourde et du civil. Ils peuvent être employés par des compagnies de construction, d’exploitation de mines à ciel ouvert, de construction de navires, d’exploitation de puits de forage au large, d’exploitation de locomotives et de location de grues.

Les grues à tour sont utilisées dans des conditions de lieu de travail bien précises, puisqu’elles ont une base petite et sont productives sur les sites où elles seront utilisées pendant une longue période de temps. Certaines grues à tour sont montées en boulonnant la base à une plateforme de béton spécialement conçue à cet effet, puis en érigeant une tour (mât) d’acier en treillis. Des contrepoids sophistiqués sont utilisés pour assurer la stabilité de la grue. Sur une grue à flèche horizontale, une flèche ou une fléchette s’étend horizontalement au sommet de la grue. La cabine de la grue, où s’installe l’opérateur ou l’opératrice, est posée à l’endroit où le mât et la flèche se rencontrent. Les grues à flèche relevable ont une fléchette qui peut être relevée ou abaissée. Les grues autodépliables sont montées sur des stabilisateurs relevables qui leur assurent un support. Elles ont un mât et une flèche et sont conçues de façon à être plus mobiles et polyvalentes sur les lieux de travail.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour travaillent à l’extérieur dans diverses conditions météorologiques, en hauteur et dans des environnements bruyants. Ils pourraient être appelés à travailler dans des endroits éloignés.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour doivent être bons en mécanique, être à l’aise avec le travail en hauteur, avoir une bonne coordination mains-yeux, une excellente vue et des aptitudes en mathématique. La sécurité est la priorité la plus importante des opérateurs et des opératrices de grue à tour. Les opérateurs et les opératrices de grue à tour doivent travailler prudemment et avec une extrême précision pour assurer la sécurité des autres personnes. Le fait d’être en bonne condition physique et d’avoir un bon sens de l’équilibre est important, car le travail des opérateurs et des opératrices de grue à tour exige de grimper très haut, et la conduite de certaines grues et la manipulation d’accessoires représentent des efforts physiques exigeants. Les opérateurs et les opératrices de grue à tour doivent aussi être capables de communiquer efficacement avec le personnel du site, les superviseurs et les superviseures, les gréeuses et les gréeurs, les signaleuses et les signaleurs, et d’autres corps de métiers.

Les compétences des opérateurs et des opératrices de grue à tour peuvent aussi être utilisées pour manœuvrer d’autres types de grues et d’équipements lourds. Avec de l’expérience, les opérateurs et les opératrices de grue à tour peuvent devenir propriétaires d’entreprises, superviseurs et superviseures, formateurs et formatrices, et coordonnateurs et coordonnatrices d’emploi. Comme dans le cas des autres métiers, la capacité à former des apprentis et des apprenties est extrêmement importante pour transmettre les compétences, les connaissances et l’expertise du métier.

Observations sur le métier

La sécurité est la plus importante préoccupation des opérateurs et des opératrices de grue à tour, des propriétaires, et des entrepreneuses et des entrepreneurs. Les opérateurs et les opératrices de grue à tour doivent suivre une formation sur la sécurité du site sur lequel ils travaillent pour connaître les exigences de la compagnie, de l’entrepreneur et du site comme tel (l’exploitant du site) en matière de sécurité. L’environnement réglementaire dans lequel l’industrie canadienne de la grue évolue est de plus en plus complexe et sévère, traitant de questions comme l’attribution de permis, la diligence raisonnable et la responsabilité.

Au fur et à mesure que les grues se sophistiquent, les besoins en formation augmentent. Il y a des percées en informatique, en métallurgie et dans d’autres disciplines associées à la conception d’équipement de grue.

En raison des avancées technologiques en matière d’aides aux opérateurs et aux opératrices, comme l’indicateur de charge, les opérateurs et les opératrices de grue à tour sont plus conscients des opérations de la grue et des limites de celle-ci.

Dans l’industrie des grues à tour, il y a une grande variété de grues comme les grues à flèche relevable, les grues à tour roulantes et les grues autodépliables.

Sommaire des compétences essentielles

Les compétences essentielles sont les compétences nécessaires pour vivre, pour apprendre et pour travailler. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements du milieu de travail.

Grâce à des recherches approfondies, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont déterminé et validé neuf compétences essentielles. Ces compétences sont mises en application dans presque toutes les professions et dans la vie quotidienne sous diverses formes.

Une série d’outils approuvés par le CCDA ont été élaborés pour aider les apprenties et les apprentis à suivre leur formation et à être mieux préparés pour leur carrière dans les métiers. Les outils peuvent être utilisés avec ou sans l’assistance d’une personne de métier, d’une formatrice ou d’un formateur, d’une employeuse ou d’un employeur, d’une enseignante ou d’un enseignant, ou d’une monitrice ou d’un moniteur pour :

  • comprendre comment les compétences essentielles sont utilisées dans un métier;
  • déterminer les forces en matière de compétences essentielles et les aspects à améliorer;
  • améliorer les compétences essentielles et les chances de réussir un programme d’apprentissage.

Les outils sont disponibles en ligne où il est aussi possible de les commander.

Le profil des compétences essentielles pour les réparateurs et les réparatrices de remorques de camions indique que les compétences essentielles les plus importantes sont l’utilisation des documents, le calcul et la capacité de raisonnement.

Le présent document peut renfermer une description de la mise en pratique de ces compétences à l’intérieur des énoncés de compétences servant à appuyer chaque sous-tâche du métier. Un aperçu des exigences pour chaque compétence essentielle tiré des profils des compétences essentielles suit.

Dans leur travail quotidien, les opérateurs et les opératrices de grue à tour lisent et comprennent plusieurs types de textes. Parmi ces types de textes, on retrouve les procédures de sécurité et de travail ainsi que des documents complexes comme les règlements et les guides d’utilisation des fabricants.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour ont recours aux documents utilisés en milieu de travail comme les carnets de bord, les tableaux de charge, les feuilles d’évaluation des dangers, et les procédures et les politiques en milieu de travail pour effectuer leur travail. Ils doivent connaître les règlements concernant le treuillage, le gréage et les environnements de travail sécuritaires. Ils doivent être capables de lire et d’interpréter les tableaux de charge et les spécifications des fabricants pour le modèle de grue qu’ils utilisent. Selon les exigences relatives au site, ils pourraient avoir à tirer des renseignements des dessins de construction, des dessins techniques et des plans, comme les calendriers et les schémas d’escalade.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour ont recours à des compétences rédactionnelles pour inscrire des commentaires ou des notes dans les carnets de bord ou les registres de travail. Ils écrivent des messages à des collègues ou à des gestionnaires pour donner des détails ou pour répondre à des demandes de renseignements techniques. Ils pourraient aussi être appelés à rédiger des explications et des descriptions longues dans divers formulaires de rapport ou de collecte de données.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour se servent d’une panoplie de connaissances en mathématique dans leur travail quotidien. Parmi ces connaissances, on retrouve les concepts mathématiques et physiques comme les conversions, la géométrie, l’algèbre, la mesure et le calcul des exigences relatives à la charge et au soulèvement. Les opérateurs et les opératrices de grue à tour utilisent les tableaux de charge et les spécifications des fabricants pour déterminer les procédures, les limites et l’équipement nécessaire au gréage et au treuillage.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour utilisent leurs compétences en communication orale pour coordonner le travail avec les équipes sur le site. Une communication claire des renseignements techniques et complexes est très importante pour éviter les blessures et pour améliorer l’efficacité. Les opérateurs et les opératrices de grue à tour utilisent aussi leurs compétences en communication orale pour donner des instructions aux apprentis et apprenties, à leurs collègues de travail et aux équipes de travail sur place. Savoir écouter et observer est aussi nécessaire pour communiquer avec les gréeurs et les gréeuses, les signaleurs et les signaleuses, et d’autres opérateurs et opératrices pendant les opérations de levage. Les opérateurs et les opératrices de grue à tour utilisent la communication orale et les signaux manuels pour communiquer le rythme des mouvements de levage et le positionnement précis des charges.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour doivent être en mesure de prendre des décisions pour planifier le travail et pour établir l’ordre des priorités liées à l’exécution d’un travail. Les décisions qu’ils prennent concernant la séquence de travail ont des répercussions sur toutes les personnes qui se trouvent sur le site. Les opérateurs de grue à tour doivent posséder d’excellentes habiletés analytiques pour utiliser efficacement leur équipement.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour utilisent leurs compétences en résolution de problèmes pour choisir où monter la grue et comment la configurer pour des travaux particuliers. Durant des opérations de levage, ils prennent des décisions opérationnelles pour démarrer, arrêter et varier la vitesse et la direction des levages pour s’assurer que le déplacement et le positionnement d’une charge sont sécuritaires. Ils évaluent la sécurité des levages avant et pendant les levages, et arrêtent le travail si nécessaire.

Les opérateurs et les opératrices de grue à tour sont de plus en plus appelés à interpréter les données électroniques qui leur sont transmises par les indicateurs de charge, les anémomètres et les balances électroniques qui se trouvent dans la cabine de la grue. Les commandes de la grue à tour peuvent aussi impliquer des applications informatisées.

Pour être efficaces, les opérateurs et les opératrices de grue à tour doivent établir une coordination travail‑tâche étroite et continue avec les autres travailleurs et travailleuses sur le site. Ils travaillent étroitement avec les clients et les clientes pour planifier les opérations de levage et pour s’assurer que leurs activités sont coordonnées avec celles des équipes sur place. Bien qu’ils travaillent dans une cabine située en hauteur et, par conséquent, qu’ils soient éloignés de leurs collègues, ils restent en constante communication avec les gréeurs et les gréeuses, les signaleurs et les signaleuses, et les superviseurs et les superviseures pour coordonner les opérations de levage et les positionnements de charge. Les opérateurs et les opératrices de grue à tour travaillent de près avec d’autres opérateurs et opératrices lorsqu’ils effectuent plusieurs opérations de levage avec la grue et lorsqu’ils sont à proximité d’autres grues et équipements lourds.

Au fur et à mesure que les méthodes de construction et la technologie des grues évoluent, les opérateurs et les opératrices de grue à tour doivent se tenir au courant de ces évolutions. Les changements réglementaires peuvent nécessiter l’obtention de certificats additionnels, comme des certificats d’entretien, d’édification et d’escalade, et l’apprentissage continu pour assurer des conditions de travail conformes et sécuritaires.

Remerciements

Le CCDA et RHDCC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, aux ministères et organismes gouvernementaux des provinces et des territoires ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

Le CCDA et RHDCC désirent particulièrement exprimer leur reconnaissance aux personnes du métier suivants :

  • Kelly Burla - Ontario
  • Barry Conroy - Colombie-Britannique
  • David Goldau - Manitoba
  • Les Kalinics - Ontario
  • Larry Lucas - Saskatchewan
  • Boyd Mahon - Alberta
  • Jay McGeough - Alberta
  • Julian Spino - Québec

La présente analyse a été préparée par la Direction de l’intégration au marché du travail de RHDCC. La coordination, la facilitation et la production de l’analyse ont été effectuées par l’équipe responsable de l’élaboration des ANP de la Division des métiers et de l’apprentissage L’Ontario, la province hôte, a également participé à l’élaboration de cette ANP.

Les commentaires et les questions au sujet de cette publication peuvent être transmis à :

Division des métiers et de l’apprentissage
Direction de l’intégration au marché du travail
Emploi et Développement social Canada
140, promenade du Portage, Portage IV, 6e étage
Gatineau (Québec)  K1A 0J9
Courriel : redseal-sceaurouge@hrsdc-rhdcc.gc.ca

Date de modification :