Technicien/technicienne en collision et en carrosserie automobile norme professionnelle du sceau rouge

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît la présente Norme professionnelle du Sceau rouge (NPSR) comme la norme du Sceau rouge pour le métier de technicien/technicienne en collision et en carrosserie automobile.

Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Auto Body and Collision Technician

CNP : 7322

Année de désignation : 1964

Produits de la NPSR à télécharger

La Norme professionnelle du Sceau rouge pour le métier de technicien/technicienne en collision et en carrosserie automobile est élaborée par des représentants canadiens du métier. Ce document contient l’information sur ce métier tel que celui-ci est pratiqué au Canada.

L’information contenue dans la NPSR est combinée de plusieurs façons pour générer plusieurs produits de la NPSR; chacun de ces produits est basé sur l’information contenue dans la NPSR complète et est destiné à répondre aux besoins des utilisateurs.

Produit Objectif
Norme professionnelle du Sceau rouge - Technicien/technicienne en collision et en carrosserie automobile Offrir une description complète de toutes les activités effectuées dans le métier et de toutes les compétences et connaissances nécessaires pour exercer ce métier. La norme définit le métier en regroupant et en organisant les éléments.
Profil du métier - Technicien/technicienne en collision et en carrosserie automobile Présenter un aperçu de toutes les activités effectuées dans le métier décrites dans la norme. Le profil du métier peut être utilisé pour autoévaluer l'expérience acquise, pour présenter un sommaire de toutes les activités effectuées dans le métier aux gens qui veulent apprendre ce métier et pour l'analyse des lacunes.
Guide de préparation à l’examen du Sceau rouge - Technicien/technicienne en collision et en carrosserie automobile Ce document donne un aperçu de la répartition des questions sur l’examen du Sceau rouge (pourcentage) selon les différentes activités du métier. Il présente aussi un aperçu des compétences du métier. Il peut être utilisé pour faire une auto-évaluation et se préparer à passer l’examen du Sceau rouge.

Information générale

Description du métier de Technicien/technicienne en collision et en carrosserie automobile

« Technicien/technicienne en collision et en carrosserie automobile » est le titre officiel Sceau rouge de ce métier tel qu’il a été approuvé par le CCDA. Avant le mois d’octobre 2018, le titre du métier était « Débosseleur-peintre/débosseleuse-peintre ». La présente NPSR couvre les tâches qu’exécute un technicien ou une technicienne en collision et en carrosserie automobile, dont le titre professionnel peut varier selon les provinces et les territoires du Canada. Pour connaître les désignations officielles données par les provinces et les territoires, veuillez consulter le tableau Ellis.

Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile réparent et remettent en état la carrosserie de véhicules automobiles endommagés. Ils évaluent les dommages de la carrosserie, rédigent des devis de réparation et élaborent des plans de réparation. Les travaux de réparation qu’ils effectuent varient de la correction d’égratignures, de bosses et de dommages mineurs à la réparation de dommages importants sur les véhicules automobiles. Ils doivent parfois retirer certaines pièces pour accéder aux autres pièces ou effectuer des réparations. Les pièces irréparables sont remplacées. L’alignement et le remplacement des composants de la suspension et de la direction ainsi que la restauration des composants de l’habitacle des véhicules font également partie du métier. Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile peuvent travailler avec des composants mécaniques et électroniques comme les systèmes de climatisation, les systèmes d’échappement, la transmission, les systèmes de refroidissement du moteur, les composants électroniques avancés (régulateur de vitesse adaptatif et avertisseur de sortie de voie) et les dispositifs de sécurité des passagers (ceintures de sécurité et coussins gonflables).

Dans ce secteur, la plupart des techniciens et des techniciennes en collision et en carrosserie automobile travaillent dans des entreprises privées ou à leur compte. Ces gens peuvent être employés dans des ateliers de débosselage, des concessionnaires d’automobiles et de camions, des ateliers de travail sur commande ou des entreprises de camionnage et d’autobus. Dans les grands ateliers de réparation et les grands concessionnaires, les responsabilités peuvent être réparties parmi les membres de l’équipe de professionnels en réparation. Certains employés peuvent être affectés exclusivement à des tâches reliées aux dommages causés par les collisions comme le redressage de cadres, la finition, la suspension, l’esthétique du véhicule ou la pose de vitres sur les automobiles. Généralement, dans de petits ateliers de réparation, les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile ont tendance à se charger d’une vaste gamme de ces tâches. Même s’ils travaillent dans une équipe de réparation, qui compte d’autres techniciens et techniciennes en collision et en carrosserie automobile, des techniciens et techniciennes en peinture d’automobiles, des mécaniciens et mécaniciennes de véhicules automobiles et d’autres spécialistes du secteur automobile, les compagnons et les compagnes ont tendance à travailler seuls.

Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile doivent savoir utiliser une gamme d’outils et d’équipements, dont certains sont à la fine pointe de la technologie. Des appareils de diagnostic par balayage sont utilisés pour le diagnostic et la programmation des systèmes électroniques et électriques. Les outils à main et les outils mécaniques sont utilisés pour la réparation et le remplacement de pièces automobiles. Les équipements de soudage et de coupage sont aussi utilisés. Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile travaillent avec divers matériaux comme le métal, le verre, le plastique et les matériaux composites. Les réparations de surface peuvent nécessiter l’application de matériaux de réparation. De plus, les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile peuvent préparer les surfaces pour la finition et appliquer une gamme de produits de finition. Ils possèdent les compétences pour faire la finition et effectuer du travail d’esthétique.

Dans ce métier, l’environnement de travail varie. En général, les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile travaillent à l’intérieur, dans un environnement pouvant être bruyant et poussiéreux. Cependant, de nombreux ateliers de réparation sont bien ventilés afin de réduire les risques pour la santé que représentent la poussière et les vapeurs. La santé et la sécurité sont primordiales puisque ces gens de métier sont souvent en contact avec des produits chimiques (par exemple les peintures, les solvants et les mastics pour carrosserie) et ils sont exposés à des risques physiques (par exemple, lever des objets lourds, manipuler l’équipement de carrosserie et le métal coupant). Il est important qu’ils suivent une formation continue en matière de sécurité et qu’ils connaissent les normes et les règlements de sécurité.

Les aspects les plus importants pour les gens qui veulent exercer ce métier sont une bonne aptitude à communiquer, des compétences en mécanique, une aptitude à résoudre les problèmes, le souci du détail, des connaissances en informatique et l’engagement à suivre une formation continue. Le métier exige souvent de travailler debout, de s’agenouiller, de lever des charges, de grimper, de tirer et de s’étirer.

Avec de l’expérience, les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile peuvent occuper des postes de supervision, lancer leur propre entreprise ou devenir estimateurs ou estimatrices en dommages automobiles. Certaines habiletés acquises dans leur métier peuvent servir à exercer d’autres métiers comme celui de ferblantier ou de ferblantière, de peintre industriel, de soudeur ou de soudeuse, de technicien ou de technicienne en peinture d’automobiles, de mécanicien ou de mécanicienne de camions et transport, de technicien ou de technicienne de véhicules récréatifs, de vitrier ou de vitrière, de mécanicien ou de mécanicienne de véhicules automobiles ou encore des métiers d’autres secteurs comme la fabrication, l’aviation et le secteur maritime.

Sommaire des compétences essentielles

Les compétences essentielles sont les compétences nécessaires pour vivre, pour apprendre et pour travailler. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements du milieu du travail.

Grâce à des recherches approfondies, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont déterminé et validé neuf compétences essentielles. Ces compétences sont mises en application dans presque tous les métiers et dans la vie quotidienne sous diverses formes.

Une série d’outils approuvés par le CCDA ont été élaborés pour aider les apprenties et les apprentis à suivre leur formation et à être mieux préparés pour leur carrière dans les métiers. Les outils peuvent être utilisés avec ou sans l’assistance d’une personne de métier, d’une formatrice ou d’un formateur, d’une employeuse ou d’un employeur, d’une enseignante ou d’un enseignant ou d’une mentore ou d’un mentor pour :

  • comprendre comment les compétences essentielles sont exercées dans un métier;
  • en apprendre sur les forces de chacun en matière de compétences essentielles et sur les aspects à améliorer;
  • améliorer les compétences essentielles et les chances de réussir un programme d’apprentissage.

Il est possible de consulter ou de commander en ligne les outils au https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/programmes/competences-essentielles/profils.html.

Le présent document peut renfermer une description de la mise en pratique de ces compétences dans les énoncés de compétences et de connaissances nécessaires pour exécuter chaque sous-tâche du métier. Les compétences essentielles les plus importantes pour chaque sous-tâche ont également été déterminées. Un aperçu des exigences pour chaque compétence essentielle tiré des profils des compétences essentielles suit.

  • Lecture

    Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile lisent les étiquettes, les bulletins de service technique et les manuels pour connaître les procédures d’installation et de réparation. Ils lisent également les devis, les bons de travail et les notes de service sur les dommages et les détails des demandes des clients. Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile lisent des renseignements relatifs à la sécurité ainsi qu’un éventail de lois, de décrets et de règlements. Ils lisent également des revues spécialisées pour prendre connaissance des nouvelles technologies, des nouveaux produits et des nouveaux matériaux.

  • Utilisation des documents

    Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile lisent les symboles de danger sur les étiquettes des produits. Ils trouvent et interprètent les données des formulaires, des bons de travail et des documents pour prendre connaissance des numéros d’identification des produits, des pièces et des couleurs. Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile lisent des documents pour connaître les spécifications des produits comme la dimension des véhicules et les procédures des FEO, de service de l’industrie et de réparation. Ils reconnaissent aussi les dispositifs et les circuits dans les schémas et les dessins techniques pour prendre connaissance des connecteurs et des interrupteurs ainsi que de la position et de l’orientation des pièces et des assemblages du véhicule.

  • Rédaction

    Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile inscrivent des notes et des renseignements supplémentaires sur les bons de travail et les formulaires pour décrire les tâches effectuées. Ils peuvent aussi rédiger des rapports décrivant les incidents survenus sur le lieu de travail.

  • Communication orale

    Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile communiquent avec des collègues, des fournisseurs et des clients au sujet du travail à faire et des tâches effectuées. Ils peuvent avoir à expliquer les procédures aux apprentis. Ils peuvent également échanger des renseignements techniques avec des collègues et des techniciens lorsqu’ils cherchent à obtenir des conseils sur les procédures à suivre pour effectuer les tâches.

  • Calcul

    Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile prennent des mesures, les analysent et les comparent avec les spécifications des fabricants. Ils peuvent aussi estimer le temps et les matériaux nécessaires aux projets.

  • Raisonnement

    Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile se servent de leurs compétences en résolution de problèmes pour déterminer la gravité des dommages avant de commencer les travaux de réparation et pour reconnaître les dommages non apparents lors du démantèlement des véhicules. Ils évaluent la qualité des travaux de réparation en tenant compte de la forme, de la longueur et de l’épaisseur des lignes de carrosserie ainsi que de l’ajustement des portières et des pièces. Ils décident aussi de l’ordre et de la priorité des tâches en considérant la disponibilité de l’équipement et de la priorité des travaux à terminer.

  • Technologie numérique

    Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile peuvent utiliser des appareils mobiles pour effectuer des tâches requérant des calculs. Ils peuvent utiliser des caméras numériques pour inspecter visuellement les composants difficiles d’accès des véhicules afin de prendre connaissance des dommages. Ils utilisent de l’équipement de diagnostic et peuvent se servir des bases de données spécialisées de services de réparation de carrosserie pour trouver les attributions de tâches, pour obtenir et examiner des informations sur des travaux de réparation antérieurs et pour remplir des devis et des bons de travail. Ils peuvent utiliser Internet pour consulter les spécifications et les procédures du FEO, suivre des formations ou accéder à des forums pour donner des conseils et pour apprendre comment effectuer des réparations.

  • Travail d’équipe

    Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile travaillent seuls la plupart du temps. Cependant, ils peuvent avoir à coordonner des activités avec des collègues d’autres services pour s’assurer de la disponibilité du véhicule lors de la réparation de véhicules endommagés. Ils peuvent également travailler directement avec des collègues lorsqu’ils déplacent des véhicules et mettent en place de grosses pièces lourdes.

  • Formation continue

    Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile apprennent de façon continue pour se tenir à jour des changements dans l’industrie. Ils suivent des formations sur place, en ligne ou en salle de classe, et ces formations sont offertes par des associations professionnelles, des fabricants ou des fournisseurs.

Tendances dans le métier de Techniciens/techniciennes en collision et en carrosserie automobile

Les techniciens et les techniciennes accèdent de plus en plus facilement aux renseignements sur les procédures d’enlèvement et de réparation en raison des technologies numériques. Cela s’avère très important, car les matériaux ainsi que la conception et la construction des véhicules sont devenus plus exclusifs et plus complexes, évoluant rapidement pour répondre aux nouvelles normes sur la sécurité et les émissions établies par le gouvernement. Disposer d’une documentation pertinente et à jour ainsi que d’une formation proposée par les fabricants d’équipement original (FEO) permet d’assurer des réparations de qualité, en toute sécurité, en temps opportun et conformément aux spécifications des FEO et des fabricants.

Les systèmes avancés d’aide à la conduite (par exemple les véhicules autonomes, les technologies d’aide au conducteur, les avertisseurs de sortie de voie) sont déployés, ce qui pousse de plus en plus les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile à garder à jour leurs compétences dans l’utilisation de l’équipement de diagnostic avancé pour identifier les codes et déceler les erreurs. Une coordination accrue entre les fabricants et les concessionnaires peut s’avérer nécessaire en raison de l’utilisation de technologies brevetées et de la nécessité de faire appel aux fabricants pour remettre les valeurs par défaut aux instruments électroniques.

Le fonctionnement des ateliers de réparation est modernisé afin de faciliter l’entretien et d’améliorer la production et le rapport coût-efficacité. Les pratiques sans gaspillage deviennent prépondérantes et s'appliquent au processus de réparation, du début à la fin, pour éliminer le gaspillage et le dédoublement des tâches.

Les pratiques relatives à la santé, à la sécurité et à l’environnement se sont grandement améliorées pour réduire les risques liés à la santé et à la sécurité au travail et se conformer aux pratiques environnementales imposées par la loi. De plus en plus de femmes et de membres de groupes en quête de traitement équitable sont encouragés à entreprendre une carrière dans le métier.

Les véhicules hybrides, les véhicules électriques et les véhicules à carburant de remplacement sont plus répandus et continueront de l’être sur le marché. Les FEO ont formulé des recommandations particulières et peuvent fournir des certifications pour travailler sur ces types de véhicules afin de prévenir tout dommage et de garantir la sécurité des travailleurs. Ces véhicules exigent des techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile qu’ils améliorent leurs compétences. La haute tension générée par les véhicules hybrides et électriques exige davantage de mesures de sécurité. Les procédures de cuisson ou de durcissement liées à ces véhicules ont été modifiées afin de prolonger la longévité des composants et d’accroître la sécurité.

L’utilisation de la fibre de carbone, du plastique et des matériaux composites est plus fréquente en raison de la réduction du poids du véhicule et de l’économie de carburant qui en résulte. Les matières plastiques renforcées de fibres et les matériaux en fibre de carbone deviennent des composants structuraux parce qu’ils sont plus légers et plus résistants.

L’utilisation de nouveaux matériaux de construction de véhicules comme le magnésium, l’aluminium et les aciers avancés à haute résistance nécessite de la formation supplémentaire et un équipement spécialisés afin d’effectuer les réparations. Des méthodes et des outils de soudage spécialisés sont continuellement présentés pour réparer ces matériaux. Les pièces et les composants en aluminium et tout équipement servant à les réparer doivent être isolés pour éviter des cas de contamination croisée avec des métaux ferreux.

Les constructeurs d’automobiles fabriquent plus de produits de finition personnalisée et de finis de peinture à effets spéciaux, comme des peintures en trois ou quatre étapes, des finis mats et des microparticules métalliques aux procédures de préparation et d’application spécialisées. Certains FEO travaillent avec des fabricants de peinture pour développer et faire breveter des finis exclusifs. De nouveaux matériaux et processus de finition dans le secteur automobile ne cessent d’être étudiés, conçus et déployés.

Niveau de performance auquel s’attend l’industrie

Toutes les tâches doivent être effectuées conformément aux normes et aux codes provinciaux et territoriaux applicables. Toutes les normes de santé et de sécurité doivent être respectées et observées. Le travail doit être de grande qualité et être effectué efficacement sans gaspillage de matériaux et sans endommager l’environnement. Toutes les exigences du fabricant, les spécifications du client, les lois sur la santé et la sécurité au travail (SST) et les règlements du Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) doivent être respectés. Les techniciens et les techniciennes en collision et en carrosserie automobile doivent travailler de manière professionnelle pour respecter les spécifications des FEO et de service de l’industrie, l’intégrité de la structure et les attentes du client. Au niveau de performance d’un compagnon ou d’une compagne, toutes les tâches doivent être menées avec un minimum d’orientation et de supervision. Au fur et à mesure que les compagnons et les compagnes progressent dans leur carrière, il est attendu qu’ils continuent à mettre leurs compétences et leurs connaissances à niveau pour suivre l’évolution de l’industrie et qu’ils favorisent l’apprentissage continu dans leur métier par l’entremise du mentorat d’apprentis et d’apprenties.

Exigences linguistiques

Il est attendu que les compagnons et les compagnes peuvent comprendre et communiquer en anglais ou en français, les deux langues officielles du Canada. L’anglais et le français sont les langues des affaires courantes ainsi que les langues d’enseignement dans les programmes de formation en apprentissage.

Remerciements

Le CCDA et EDSC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, aux ministères et aux organismes gouvernementaux des provinces et des territoires ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

Des remerciements particuliers sont adressés aux représentants ci-dessous qui ont grandement contribué à la version initiale de la présente NPSR et qui ont fourni des conseils d’experts tout au long de son élaboration :

  • Richard Brayley - Nouveau-Brunswick
  • Jordan Charles - Alberta
  • Shane Desrosiers - Saskatchewan
  • Mark Deroche - Colombie-Britannique
  • Sheldon Frail - Nouvelle-Écosse
  • Adrian Gaspell - Ontario
  • Steve Hudey - Association des industries de l’automobile du Canada
  • Hank Kamphuis - Île-du-Prince-Édouard
  • Mark Klimchuk - Manitoba
  • Scott Kucharyshen - Saskatchewan
  • Mark MacEachern - Nouvelle-Écosse
  • Steven Michaud - Québec
  • Michel Plourde - Nouveau-Brunswick
  • Paulo Santos - Ontario
  • Garth Shaw - Manitoba
  • Harold Then - Alberta
  • Tate Westerman - Colombie-Britannique

La présente NPSR a été préparée par le personnel de la Direction de l’apprentissage et des initiatives sectorielles d’EDSC. La coordination, la facilitation et la production ont été effectuées par l’équipe d’élaboration des NPSR de la Division des métiers et de l’apprentissage. La Colombie-Britannique, la province hôte, a aussi pris part à l’élaboration de la présente NPSR.

Date de modification :