Latteur/latteuse (spécialiste de systèmes intérieurs) - analyse nationales de profession

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît la présente analyse nationale de profession (ANP) comme la norme nationale pour la profession de latteur/latteuse (spécialiste de systèmes intérieurs).

Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Lather (Interior Systems Mechanic)

CNP: 7284

Année de désignation : 1991

Téléchargement PDF

Télécharger la version PDF (599 Ko) de ce contenu.

Guide d’auto-évaluation pour l’examen du Sceau rouge - Latteur/latteuse (spécialiste de systèmes intérieurs)

Utilisez l’outil d’auto-évaluation (PDF, 797 Ko) pour évaluer votre propre compréhension et votre expérience pour les tâches qui font parties de l’examen du Sceau rouge.

Information générale

Champ de compétence du latteur ou de la latteuse

« Latteur/latteuse (spécialiste de systèmes intérieurs) » est le titre officiel Sceau rouge de ce métier tel qu’accepté par le CCDA. La présente analyse couvre les tâches exécutées par les latteurs et les latteuses (spécialistes de systèmes intérieurs) dont le titre professionnel a été identifié par certaines provinces et certains territoires sous les noms suivants :

NL

NS

PE

NB

QC

ON

MB

SK

AB

BC

NT

YT

NU

Latteur

x

Poseur de lattes (technicien de systèmes intérieurs)

x

Poseur ou poseuse de panneaux muraux secs, de carreaux acoustiques et de lattes

x

Poseur/poseuse de systèmes intérieurs

x

Les latteurs et les latteuses manipulent, montent et installent les matériaux des composants utilisés pour construire la structure complète ou partielle d’un bâtiment. Ils préparent et installent l’ossature des plafonds, des murs intérieurs et extérieurs, des planchers et des toits. Ils mettent en place différents types de plafonds (suspendus, cathédrale, à contact direct par exemple), de matériaux de revêtement et de murs écrans destinés à arrêter le feu, le son et la chaleur notamment. Ils installent également des produits acoustiques.

Les latteurs et les latteuses installent entre autres les matériaux suivants : les composants en acier laminé à froid (les montants, les rails, les profilés), les cadres de porte et de fenêtre en métal, le treillis pour stucco, les pare‑vapeur, les isolants, les matériaux de revêtement (à base de gypse, de ciment), les produits architecturaux spécialisés et les lattes métalliques.

Les latteurs et les latteuses sont employés par des entreprises de construction et des entrepreneurs spécialisés dans la pose de cloisons sèches. Ils peuvent également travailler à leur compte. Dans le secteur de la construction résidentielle, les latteurs et les latteuses construisent, entretiennent et rénovent des bâtiments allant des habitations unifamiliales aux immeubles résidentiels à plusieurs étages. Dans les secteurs de la construction de bâtiments commerciaux, institutionnels et industriels, ils construisent, entretiennent et rénovent notamment des édifices commerciaux, des écoles, des hôpitaux et des complexes manufacturiers.

Les latteurs et les latteuses travaillent toute l’année, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ils peuvent se spécialiser dans diverses facettes du métier comme le traçage, la construction d’ossatures murales et la pose de cloisons sèches. Les latteurs et les latteuses se servent d’un éventail d’outils à main et mécaniques. L’installation d’ossatures à montants métalliques et de plafonds suspendus nécessite souvent l’emploi d’outils à laser et d’outils à charges explosives.

Les personnes qui exercent ce métier doivent posséder plusieurs qualités essentielles : une bonne coordination œil-main, la capacité de travailler en hauteur et le souci du détail. Les latteurs et les latteuses doivent pouvoir lire et interpréter les renseignements indiqués dans les dessins, les bleus et les spécifications. Ils peuvent être appelés à soulever et à mettre en place de lourds matériaux de construction dans le cadre de tâches exécutées à un rythme rapide. Le travail est physiquement exigeant et nécessite le port d’équipement de protection individuelle (EPI). Les latteurs et les latteuses travaillent seuls ou en équipe.

La présente analyse reconnaît qu’il existe des ressemblances et des chevauchements avec les métiers de charpentier ou charpentière, de ferblantier ou ferblantière, de calorifugeur ou calorifugeuse et de jointoyeur ou jointoyeuse de cloisons sèches.

Une fois que les latteurs et les latteuses ont acquis de l’expérience, ils peuvent agir à titre de mentors ou de formateurs ou de formatrices auprès d’apprentis ou d’apprenties. Ils peuvent aussi être promus à des postes d’estimateur ou d’estimatrice, de superviseur ou de superviseure, de coordonnateur ou de coordonnatrice de la formation et de gestionnaire de projet.

Observations sur le métier

Les niveaux à laser automatiques, de plus en plus abordables, sont précis sur de longues distances. La complexité croissante des murs et des plafonds nécessite une formation continue.

La sensibilisation et la formation à la sécurité deviennent parties intégrantes du métier. Cette formation peut demander l’acquisition de certifications supplémentaires comme dans les domaines des premiers soins, de la prévention des chutes et de l’utilisation de plateformes surélevées.

Dans certaines régions, les bâtiments doivent de plus en plus souvent être conformes à des normes de résistance aux séismes et à des cotes de résistance au feu.

La conformité croissante aux normes de l’industrie oblige les latteurs et les latteuses à porter une attention plus soutenue aux spécifications et aux détails de construction.

En raison de la demande accrue de bâtiments dont l’ossature est faite de montants en acier de construction, les latteurs et les latteuses doivent maîtriser de nouvelles technologies de construction d’ossature.

L’utilisation de panneaux de construction et d’autres types de panneaux est de plus en plus répandue en raison du nombre croissant de produits préfabriqués approuvés offerts sur le marché. Les latteurs et les latteuses utilisent ces produits sur le chantier ou en atelier conformément aux spécifications.

On constate une demande accrue d’employés et d’employées bien formés disposés à élargir leurs connaissances professionnelles après la certification. Cette formation continue, en partie due aux changements technologiques, tend à être axée sur des produits spécifiques comme les coupe-feu et les systèmes d’isolation par l’extérieur avec enduit mince (EIFS).

Les outils mécaniques sans fil deviennent la norme pour la construction d’ossature et sont plus faciles à utiliser.

Pour mesurer les produits, on délaisse le « calibre » au profit du « mil ». Les mils sont habituellement représentés par un code de couleur normalisé (chromocodage).

Grâce entre autres aux initiatives de Leadership in Energy and Environmental Design (LEED), l’accent sur la construction écologique est de plus en plus courant.

Remerciements

Le CCDA et RHDCC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, aux ministères et organismes gouvernementaux des provinces et des territoires ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

Il convient de remercier particulièrement les gens du métier suivants qui ont assisté à un atelier national pour l’élaboration de la version 2007 de l’ANP :

  • Dan Bard - Ontario
  • Terry Best - Terre-Neuve-et-Labrador
  • Barry Derkson - Alberta
  • Jerry Erb - Nouveau-Brunswick
  • Bradley Gauthier - Manitoba
  • William Kiss - Colombie-Britannique
  • Art Meyer - Colombie-Britannique
  • Gordon M. Weddleton - Nouvelle-Écosse

Cette présente version 2012 de l’ANP a été révisée, mise à jour et validée par des représentants de l’industrie de partout au Canada afin d’assurer qu’elle représente toujours les compétences et les connaissances requises pour exercer la profession. La coordination, la facilitation et la production de l’analyse ont été effectuées par l’équipe responsable de l'élaboration des ANP de la Division des métiers et de l’apprentissage de RHDCC. Le Manitoba, la province hôte, a également participé à l’élaboration de cette ANP.

Les commentaires et les questions au sujet de cette publication peuvent être transmis à :

Division des métiers et de l’apprentissage
Direction de l’intégration au marché du travail
Emploi et Développement social Canada
140, promenade du Portage, Portage IV, 6e étage
Gatineau (Québec)  K1A 0J9
Courriel : redseal-sceaurouge@hrsdc-rhdcc.gc.ca

Date de modification :