Norme professionnelle du Sceau rouge - Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle

Table des matières

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît la présente Norme professionnelle du Sceau rouge (NPSR) comme la norme du Sceau rouge pour le métier de technicien/technicienne en instrumentation et contrôle.

Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Instrumentation and Control Technician

CNP : 2243

Année de désignation : 1964

Produits de la NPSR à télécharger

La Norme professionnelle du Sceau rouge pour le métier de Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle (PDF, 3,7 Mo) est élaborée par des représentants canadiens du métier. Ce document contient l’information sur ce métier tel que celui-ci est pratiqué au Canada.

L’information contenue dans la NPSR est combinée de plusieurs façons pour générer plusieurs produits de la NPSR; chacun de ces produits est basé sur l’information contenue dans la NPSR complète et est destiné à répondre aux besoins des utilisateurs.

Produits de la NPSR à télécharger
Produit Objectif
Norme professionnelle du Sceau rouge - Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle (PDF, 3,7 Mo) Offrir une description complète de toutes les activités effectuées dans le métier et de toutes les compétences et connaissances nécessaires pour exercer ce métier. La norme définit le métier en regroupant et en organisant les éléments.
Profil du métier - Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle (PDF, 3,6 Mo) Présenter un aperçu de toutes les activités effectuées dans le métier décrites dans la norme. Le profil du métier peut être utilisé pour autoévaluer l'expérience acquise, pour présenter un sommaire de toutes les activités effectuées dans le métier aux gens qui veulent apprendre ce métier et pour l'analyse des lacunes.
Guide de préparation à l’examen du Sceau rouge - Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle (PDF, 1,9 Mo) Ce document donne un aperçu de la répartition des questions sur l’examen du Sceau rouge (pourcentage) selon les différentes activités du métier. Il présente aussi un aperçu des compétences du métier. Il peut être utilisé pour faire une auto-évaluation et se préparer à passer l’examen du Sceau rouge.
Guide de formation en cours d’emploi - Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle (PDF, 874 Ko) Pourrait servir de guide pour complémenter le plan du programme de formation. Il peut aussi procurer aux gens de métier et aux apprentis un plan pour aider à guider l’enseignement des compétences du métier à un niveau d’avance de la formation technique des apprentis.

(veuillez communiquer avec les autorités provinciales et territoriales en apprentissage pour une version provinciale)

Information générale

Description du métier de Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle

« Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle » est le titre officiel Sceau rouge de ce métier tel qu’il a été approuvé par le CCDA. La présente NPSR couvre les tâches qu’exécute une ou un technicien/technicienne en instrumentation et contrôle, dont le titre professionnel est reconnu dans certaines provinces et certains territoires du Canada sous les noms suivants :

Table
  NL NS PE NB QC ON MB SK AB BC NT YT NU
Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle x x x x     x x x x x x x
Technicien ou technicienne en instrumentation et contrôle           x              

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle connaissent bien la mesure et l’automatisation des systèmes de commande de processus. Parmi les industries qui utilisent les systèmes de commande de processus, on retrouve par exemple les raffineries pétrolières et gazières, les centrales électriques, les usines de pâtes et papiers, et les installations de fabrication.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle installent une variété de systèmes, dont les systèmes de sécurité et de sûreté, les systèmes de distribution d’énergie (hydraulique, pneumatique et électrique), les systèmes de communication et les systèmes de commande de processus. Ils installent également des instruments de mesure et des dispositifs indicateurs afin de surveiller les variables de contrôle de processus et le fonctionnement de l’équipement, et afin de mesurer les caractéristiques des matériaux utilisés dans le cadre d’un processus. Ils s’occupent aussi de la maintenance de ces instruments et dispositifs. Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle travaillent avec des éléments finaux de commande comme les robinets, les actionneurs et les positionneurs pour contrôler le produit employé dans le processus. Ils installent et raccordent les connexions électriques, pneumatiques et fluidiques. Ils travaillent aussi avec les réseaux et les systèmes de transmission de signaux, comme ceux à fibres optiques et ceux sans fil.

En plus d’étalonner, de réparer, de régler et de remplacer les composants, les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle inspectent les systèmes et les instruments, et ils vérifient leur fonctionnement pour diagnostiquer les défaillances et examiner les réparations. Ils établissent et optimisent les stratégies de commande de processus et configurent les systèmes connexes comme les automates programmables industriels (API), les systèmes numériques de contrôle-commande répartie (SNCC), les interfaces personne-machine (IPM) et les systèmes de télésurveillance et d’acquisition de données (SCADA). Ils tiennent également à jour la sauvegarde de données, les documents et la révision des logiciels dans le cadre de la maintenance des systèmes de commande par ordinateur. L’entretien planifié et la mise en service des systèmes représentent également d’importants aspects de leur travail. Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle consultent des documents techniques, des dessins, des schémas et des manuels. Ils peuvent venir en aide aux ingénieurs et aux ingénieures avec la conception des usines, les modifications et l’analyse des dangers. Ils travaillent également avec les opérateurs et les opératrices de centrales pour optimiser les systèmes de commande des centrales.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle utilisent des outils à main et les outils mécaniques, ainsi que de l’équipement d’essai électronique et de manutention. Ils travaillent sur un éventail d’instruments, y compris les éléments principaux de commande, les transmetteurs, les analyseurs, les capteurs, les détecteurs, les conditionneurs de signaux, les enregistreurs, les régulateurs et les éléments finaux de commande. Ces instruments mesurent et contrôlent certaines variables comme la pression, le débit, la température, le niveau, le mouvement, la force et la composition chimique.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle travaillent dans différents secteurs industriels, dont : la transformation des pâtes et papiers et des fibres, la transformation des aliments et des boissons, la transformation de produits pharmaceutiques, l’énergie nucléaire, thermique et hydroélectrique, la décharge et la cogénération, les exploitations minières, la pétrochimie, les pipelines, les opérations gazières et pétrolières, le domaine militaire, les aciéries, le traitement des eaux propres et usées, l’instrumentation médicale, la fabrication, et la maintenance d’appareils industriels et commerciaux.

Lorsqu’ils effectuent leurs tâches, les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent se conformer aux normes, aux codes et aux règlements du gouvernement fédéral, provincial et territorial, de l’industrie et du chantier. Ils installent et mettent en service de nouveaux systèmes d’instrumentation en fonction de ces exigences. Ils aident à faire en sorte que tous les processus demeurent fonctionnels et que l’équipement soit entretenu conformément à ces normes, à ces codes et à ces règlements. Il est essentiel de se tenir au courant des avancées technologiques dans l’industrie et dans le métier.

Ils peuvent travailler dans divers milieux dangereux, comme dans des espaces clos ou en hauteur, et ils pourraient être exposés au bruit, à la poussière, au froid et à la chaleur. Ils peuvent également courir des risques en travaillant avec des produits chimiques, des gaz, de l’électricité, des radiations, de l’équipement laser et des substances sous pression. Ils sont formés pour déterminer les dangers et travailler de façon sécuritaire dans ces environnements.

Les principales qualités que possèdent les personnes du métier sont la dextérité manuelle, la minutie, de grandes compétences en résolution de problèmes et en communication, la capacité à trouver la cause d’un problème, des compétences technologiques et des aptitudes en mathématiques et en sciences.

Cette norme reconnaît les similarités ou les chevauchements avec le travail d’autres gens de métier et d’autres travailleurs et travailleuses comme les opérateurs et les opératrices d’appareils de traitement, les monteurs et les monteuses d’appareils de chauffage, les chaudronniers et les chaudronnières, les mécaniciens industriels et les mécaniciennes industrielles (de chantier), les électriciens et les électriciennes, les techniciens et les techniciennes en technologies de l’information, et les ingénieurs et les ingénieures.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle qui ont de l’expérience peuvent agir à titre de mentors et de mentores et de formateurs ou de formatrices auprès des apprentis et des apprenties du métier. Ils peuvent également être mutés à des postes de supervision, de conception, de contrôle avancé, de formation, de vente ou à tout autre poste connexe.

Sommaire des compétences essentielles

Les compétences essentielles sont les compétences nécessaires pour vivre, pour apprendre et pour travailler. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements du milieu du travail.

Grâce à des recherches approfondies, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont déterminé et validé neuf compétences essentielles. Ces compétences sont mises en application dans presque tous les métiers et dans la vie quotidienne sous diverses formes.

Une série d’outils approuvés par le CCDA a été élaborée pour aider les apprenties et les apprentis à suivre leur formation et à être mieux préparés pour leur carrière dans les métiers. Les outils peuvent être utilisés avec ou sans l’assistance d’une personne de métier, d’une formatrice ou d’un formateur, d’une employeuse ou d’un employeur, d’une enseignante ou d’un enseignant ou d’une mentore ou d’un mentor pour :

  • comprendre comment les compétences essentielles sont exercées dans un métier;
  • en apprendre sur les forces de chacun en matière de compétences essentielles et sur les aspects à améliorer;
  • améliorer les compétences essentielles et les chances de réussir un programme d’apprentissage.

Il est possible de consulter ou de commander en ligne les outils au www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/programmes/competences-essentielles/profils.html.

Le présent document peut renfermer une description de la mise en pratique de ces compétences dans les énoncés de compétences et de connaissances nécessaires pour exécuter chaque sous-tâche du métier. Un aperçu des exigences pour chaque compétence essentielle tiré des profils des compétences essentielles suit. Le lien vers le profil complet des compétences essentielles se trouve au www.sceau-rouge.ca/.

  • Lecture

    Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent avoir des compétences en lecture pour trouver et pour interpréter les renseignements techniques nécessaires à leurs fonctions. Ces textes comprennent les articles techniques sur les nouveaux produits et les pratiques de l’industrie, les bulletins rédigés par les fabricants et les bulletins sur la santé et la sécurité, les guides d’étalonnage et de réparation, les codes et les règlements, les rapports d’incidents, les manuels de procédures et les notes.

  • Utilisation de documents

    Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent trouver et interpréter l’information en formats imprimés et électroniques. Les types de documents mentionnés comprennent les imprimés d’ordinateur contenant des renseignements numériques, les listes de catalogues de fournisseurs et les documents techniques comme les formulaires, les bases de données, les graphiques, les tableaux, les diagrammes, les schémas, les diagrammes d’assemblage et les dessins. Ils peuvent également devoir produire des documents directement sur les lieux comme les esquisses et les schémas détaillés, les dessins d’assemblage, les graphiques et les tableaux.

  • Rédaction

    Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent avoir des compétences en rédaction pour créer des listes de pièces, des calendriers d’entretien et des rapports d’inspection. Ils doivent rédiger les procédures relatives au contrôle et à l’opération de l’équipement et au diagnostic des défaillances de l’équipement. Ils ont recours à leurs compétences en rédaction lorsqu’ils doivent communiquer par l’entremise de courriels et fournir des mises à jour sur l’état des travaux dans leur carnet de bord.

  • Communication orale

    Pour coordonner le travail, les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle interagissent avec d’autres gens de métier et professionnels comme les opérateurs et les opératrices de procédés industriels, les monteurs et les monteuses d’appareils de chauffage, les chaudronniers et les chaudronnières, les mécaniciens industriels et les mécaniciennes industrielles (de chantier), les électriciens et les électriciennes, les techniciens et les techniciennes en technologies de l’information et les ingénieurs et les ingénieures. Ils peuvent également discuter de problèmes et de conception de systèmes avec les ingénieurs et ingénieures et les superviseures et superviseurs, et donner des conseils et des avis d’experts. Ils doivent également partager des renseignements concernant les réparations techniques et les diagnostics, et discuter de bris de machines et d’équipement avec les opérateurs et opératrices de procédés industriels. À l’occasion, ils peuvent faire des présentations formelles pour expliquer la surveillance des procédures ou le nouvel équipement.

  • Calcul

    Pour mener à bien leurs tâches, les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent posséder des compétences en mesure et en calcul, en analyse de données et en estimation numérique. Certaines de ces tâches comprennent la mesure des défaillances des analyseurs, le calcul du débit, les calculs volumétriques, la surveillance de la pression, l’interprétation des écarts sur les graphiques et la comparaison des valeurs et des mesures. Ils doivent également évaluer l’ensemble des données recueillies par l’entremise d’essais et de simulations afin de diagnostiquer les défaillances et d’évaluer le rendement et l’usure de l’équipement.

  • Raisonnement

    Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent faire le diagnostic des défaillances, prendre des mesures correctives pour éviter les dangers potentiels et décider s’ils doivent réparer ou remplacer des composants en fonction des facteurs du temps et des coûts. Ils planifient et organisent les calendriers d’entretien et l’installation du nouvel équipement. Ils doivent pouvoir réfléchir rapidement et compiler les renseignements disponibles pour gérer les situations d’urgence, par exemple les défaillances d’équipement graves pouvant causer des blessures ou entraîner des dommages matériels et environnementaux.

  • Technologie numérique

    Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent installer des régulateurs d’automatisation des processus, comme les API, les SNCC, les SCADA et les IPM, et en faire la maintenance. Ils peuvent avoir recours à des dispositifs de communication numériques portatifs pour configurer les paramètres et consulter les données comme les mesures et les valeurs opérationnelles. Ils peuvent également utiliser une variété de logiciels et d’applications comme les logiciels de traitement de texte, les bases de données, les tableurs, les dispositifs et logiciels de communication, Internet et la conception assistée par ordinateur (CAO).

  • Travail d’équipe

    Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle travaillent souvent seuls, mais ils peuvent également travailler avec d’autres gens de métier, des professionnels et des opératrices et opérateurs de procédés industriels. Ils travaillent avec ces derniers pour veiller à ce que l’instrumentation soit bien entretenue et fonctionnelle, et pour veiller à ce que les urgences soient traitées rapidement. Ils travaillent avec d’autres gens de métiers pour effectuer certaines tâches comme les essais des transmetteurs ou des régulateurs, et l’installation de robinets de commande. Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle travaillent parfois au sein d’une équipe, par exemple pour raccorder des fils. Dans ce cas, ils peuvent agir aussi bien en tant que membres de l’équipe ou chefs d’équipe de projets.

  • Apprentissage continu

    Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle peuvent poursuivre leur formation dans des domaines techniques qui sont nouveaux ou en constante évolution, comme la sécurité et la technologie numérique, ou encore dans des domaines plus sophistiqués comme les applications liées à la commande de processus. Ils peuvent assister à des cours techniques offerts par les représentantes et les représentants de fournisseurs au sujet de nouvel équipement, ainsi qu’à des colloques sur la direction ou sur la communication. L’apprentissage continu peut se faire par la lecture de revues spécialisées ou par le dépannage.

Tendances dans le métier de Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle

Technologie numérique

Puisque la technologie est en évolution constante, les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent toujours s’adapter aux nouvelles technologies. Cela a fait augmenter le besoin de compétences plus axées sur les technologies pour pratiquer ce métier et le temps consacré à l’utilisation de la technologie numérique.

Les systèmes de commande de processus sont de plus en plus conçus avec plus de composants qui communiquent entre eux. Les systèmes de commande ont traditionnellement été des entités distinctes d’Internet. Cependant, afin de tenir les logiciels à jour, les systèmes doivent maintenant être en mesure de se connecter à Internet pour acquérir les logiciels et les licences. Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent savoir utiliser la connexion Internet et connaître sa portée relativement aux dispositifs de communication unilatérale (diodes de données), à la cybersécurité et aux pare-feu.

De plus en plus, les systèmes de processus sont automatisés, y compris les IPM, les SNCC, les SCADA, les API et les interconnexions de systèmes ouverts (OSI). Il y a également plus d’automatisation dans les systèmes de réseautage et de communication.

Certaines applications des technologies sans fil sont intégrées pour des fonctions particulières comme les systèmes de processus de surveillance et la vérification des compteurs.

Les technologies prédictives sont de plus en plus utilisées dans l’optimisation des processus. Les tendances dans l’optimisation demanderont aux techniciens et aux techniciennes en instrumentation et contrôle d’être compétents dans l’utilisation des diagnostics avancés.

Outils et équipement

Les dispositifs de communication numériques portables sont utilisés pour déterminer les tâches et les effectuer de façon plus efficace et efficiente.

Assurance de la qualité

Lors de l’installation et du remplacement des pièces, il faut de plus en plus accomplir des activités d’assurance de la qualité et documenter et conserver cette information de façon appropriée pour respecter les exigences règlementaires et de traçabilité.

Santé et sécurité

Un accent plus important sur la sécurité en milieu de travail a mené à une augmentation du nombre de documents pour les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle.

Plus de systèmes instrumentés de sécurité (SIS) sont mis en place. Cela exige des techniciens et des techniciennes en instrumentation et contrôle qu’ils connaissent bien le fonctionnement de ces systèmes.

Règlements

Il y a une augmentation continue des pratiques de l’industrie quant à la surveillance de l’environnement, qui est attribuable aux règlements gouvernementaux. Cela a accru la charge de travail des techniciens et des techniciennes en instrumentation et contrôle dans les domaines comme la communication des émissions et du captage de carbone.

Niveau de performance auquel s’attend l’industrie

Toutes les tâches doivent être effectuées conformément aux normes et aux codes provinciaux et territoriaux applicables. Toutes les normes de santé et de sécurité doivent être respectées et observées. Le travail doit être de grande qualité et être effectué efficacement sans gaspillage de matériaux et sans endommager l’environnement. Toutes les exigences des employeurs, des ingénieurs, des concepteurs, des fabricants, des clients et des politiques d’assurance de la qualité doivent être respectées. Au niveau de performance d’un compagnon ou d’une compagne, toutes les tâches doivent être menées avec un minimum d’orientation et de supervision. Au fur et à mesure qu’ils progressent dans leur carrière, il est attendu qu’ils continuent à mettre leurs compétences et leurs connaissances à niveau pour suivre l’évolution de l’industrie et qu’ils favorisent l’apprentissage continu dans leur métier par l’entremise du mentorat d’apprentis et d’apprenties.

Exigences linguistiques

Il est attendu que les compagnons et les compagnes peuvent comprendre et communiquer en anglais ou en français, les deux langues officielles du Canada. L’anglais et le français sont les langues des affaires courantes ainsi que les langues d’enseignement dans les programmes de formation en apprentissage.

Remerciements

Le CCDA et EDSC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, aux ministères et aux organismes gouvernementaux des provinces et des territoires ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

Des remerciements particuliers sont adressés aux représentants ci-dessous, qui ont grandement contribué à la version initiale de la présente NPSR et qui ont fourni des conseils d’experts tout au long de son élaboration :

  • Jim Armstrong - Colombie-Britannique
  • Adam Beck - United Association Canada
  • Roger Blanchard - Nouvelle-Écosse
  • Terence Côté - Saskatchewan
  • Jonathan Davis - Nouveau-Brunswick
  • Brad Gautreau - Ontario
  • Mike Hillsdon - Saskatchewan
  • James Howard - Yukon
  • Alex LeBlanc - Nouvelle-Écosse
  • Roger Leblanc - Nouveau-Brunswick
  • Tim J. Lloyd - Alberta
  • Scott Marr - Ontario
  • Wade McNenly - Alberta
  • Scott Sanders - Manitoba
  • Shane Stirling - Colombie-Britannique

La présente NPSR a été préparée par le personnel de la Direction de l’apprentissage et des initiatives sectorielles d’EDSC. La coordination, la facilitation et la production ont été effectuées par l’équipe d’élaboration des NPSR de la Division des métiers et de l’apprentissage. L’Alberta, la province hôte, a aussi pris part à l’élaboration de la présente NPSR.

Date de modification :