Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle – analyse nationale de profession

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît la présente analyse nationale de profession (ANP) comme la norme nationale pour la profession de technicien ou de technicienne en instrumentation et contrôle.

Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Instrumentation and Control Technician

CNP : 2243

Année de désignation : 1964

Téléchargement PDF

Télécharger la version PDF (1 712 Ko) de ce contenu.

Guide d’auto-évaluation pour l’examen du Sceau rouge – Technicien/technicienne en instrumentation et contrôle

Utilisez l’outil d'auto-évaluation (PDF, 1,3 Mo) pour évaluer votre propre compréhension et votre expérience pour les tâches qui font parties de l’examen du Sceau rouge.

Information générale

Champ de compétence

«Technicien ou technicienne en instrumentation et contrôle » est le titre officiel Sceau rouge de ce métier tel qu’accepté par le CCDA. Cette analyse couvre les tâches exécutées par les noms du métier dont le titre professionnel a été reconnu par certaines provinces et par certains territoires du Canada sous les noms suivants :

NL

NS

PE

NB

QC

ON

MB

SK

AB

BC

NT

YT

NU

Calorifugeur (chaleur et froid)

x

Calorifugeur/calorifugeuse

x

Technicien ou technicienne en instrumentation et contrôle

x

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle connaissent bien l’ensemble des systèmes employés dans les usines ainsi que l’interaction des différents processus. Ils installent une grande variété de systèmes, y compris les systèmes de sûreté et de sécurité, de livraison d’énergie (hydraulique, pneumatique et électrique), de communication et de commande de processus, et ils en font la maintenance. Ils installent également des instruments de mesure et des dispositifs indicateurs afin de surveiller les variables de commande de processus et le fonctionnement de l’équipement, et afin de mesurer les caractéristiques des matériaux utilisés dans le cadre d’un processus. Ils s’occupent aussi de la maintenance de ces instruments et dispositifs. Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle travaillent avec de l’équipement de contrôle final comme les robinets, les actionneurs et les positionneurs pour contrôler le produit employé dans le processus. Ils installent et relient les connexions électriques, pneumatiques et fluidiques. Ils travaillent aussi avec les réseaux et les systèmes de transmission de signaux, comme ceux à câbles optiques et ceux sans fil.

En plus d’étalonner, de réparer, de régler et de remplacer les composants, les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle inspectent les systèmes et les instruments, et ils vérifient leur fonctionnement pour diagnostiquer les défaillances et examiner les réparations. Ils établissent et optimisent les systèmes de commande de processus et configurent des systèmes connexes comme les automates programmables industriels (API), les systèmes à commande répartie, les interfaces homme-machine (IHM) et les systèmes de télésurveillance et d’acquisition de données SCADA. Ils tiennent également à jour la sauvegarde de données, les documents et la révision des logiciels dans le cadre de la maintenance des systèmes de commande par ordinateur. L’entretien et la mise en service des systèmes représentent également un important aspect de leur travail. Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle consultent les documents techniques, les dessins, les schémas et les manuels. Ils peuvent venir en aide aux ingénieurs et aux ingénieures avec la conception des usines, les modifications et l’analyse des dangers. Ils travaillent également avec les opérateurs et les opératrices de centrales pour optimiser les systèmes de commande des centrales.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle utilisent des outils à main, mécaniques et électroniques, ainsi que de l’équipement d’essai et de manutention. Ils travaillent sur un éventail d’instruments, y compris les organes de commande principaux, les transmetteurs, les analyseurs, les capteurs, les détecteurs, les conditionneurs de signaux, les enregistreurs, les régulateurs et les éléments de contrôle final. Ces instruments sont utilisés dans l’industrie pour mesurer et contrôler certaines variables comme la pression, le débit, la température, le niveau, le mouvement, la force et la composition chimique.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle travaillent dans différents secteurs industriels, entre autres la transformation des pâtes et papiers et des fibres, l’énergie nucléaire, thermique et hydroélectrique, les exploitations minières, le pétrochimique, les gaz et le pétrole, les aciéries, le traitement des eaux, la fabrication et la maintenance d’appareils industriels et commerciaux.

Lorsqu’ils effectuent leurs tâches, les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent se conformer à la réglementation, aux normes et aux codes du gouvernement fédéral, des provinces et des territoires, de l’industrie et du chantier. Ils doivent s’assurer que tous les processus fonctionnent et qu’ils sont gérés conformément à ces normes, à ces codes et à ces règlements. Il est important que les gens de ce métier se tiennent au courant de toute nouvelle technologie au sein de l’industrie et d’avancées relatives à leur profession.

Ils peuvent travailler dans des milieux dangereux, comme dans des espaces clos ou en hauteur, et ils peuvent être exposés au bruit, à la poussière, au froid et à la chaleur. Ils peuvent également courir des risques en travaillant avec des produits chimiques, des gaz, des radiations, de l’équipement laser et des substances sous pression.

Les principales qualités que possèdent les personnes du métier sont la dextérité manuelle, la minutie, de grandes habiletés en résolution de problèmes et en communication ainsi que des compétences technologiques et des aptitudes en mathématiques et en sciences.

La présente analyse reconnaît les similarités ou les chevauchements avec le travail d’autres gens de métier et d’autres travailleurs et travailleuses comme les opérateurs et les opératrices d’appareils de traitement, les monteurs et les monteuses d’appareils de chauffage, les mécaniciens industriels et les mécaniciennes industrielles (de chantier), les électriciens et les électriciennes, et les ingénieurs et les ingénieures.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle qui ont de l’expérience peuvent agir à titre de mentors et de formateurs ou de formatrices auprès des apprentis et des apprenties du métier. Ils peuvent également être mutés à des postes de supervision, de conception, de contrôle avancé, de formation, de vente ou à tout autre poste connexe.

Observations sur le métier

Les ordinateurs sont désormais des outils essentiels au sein de l’industrie, aussi bien pour effectuer des tâches administratives et des diagnostics, que des tâches quotidiennes de maintenance.

Le rendement des appareils ajoutant de la fonctionnalité comme les indicateurs de maintenance intelligents, les appareils de détection des défaillances internes et les avertisseurs, s’est amélioré, réduisant ainsi les exigences de base relatives à l’entretien préventif.

Les technologies et l’équipement de réseaux liés aux systèmes de commande sont de moins en moins exclusifs et s’inspirent plutôt des réseaux des technologies d’information. On note une augmentation quant à l’utilisation d’API pour la commande de processus. Les systèmes de commande axés sur les API et les systèmes numériques de contrôle-commande (SNCC) sont de plus en plus riches en fonctionnalités.

Les réseaux et les technologies d’appareils en bus remplacent les systèmes câblés traditionnels, ce qui diminue les coûts d’installation, mais fait croître la complexité des systèmes de commande. Les réseaux de surveillance sans fil installés dans des endroits éloignés nécessitent moins de câbles. Ils permettent d’améliorer la vitesse de transmission, la distance ainsi que la quantité de données transmises.

Il y a une demande de plus en plus forte de la part de l’industrie pour ces progrès technologiques, et ce phénomène s’est frayé un chemin dans presque toutes les facettes du métier. C’est ainsi que les processus de diagnostic et de réparation ne cessent d’évoluer en fonction de ces avancées technologiques, faisant grimper la demande de techniciens et de techniciennes en instrumentation et contrôle. Par exemple, on utilise de plus en plus de débitmètres massiques pour la surveillance de processus et les systèmes de mesure d’énergie. Un transmetteur de débit massique remplace plusieurs transmetteurs à une seule variable, réduisant ainsi les besoins en matière d’instruments et de câblage. Les mesures de débit à plusieurs phases représentent une autre technologie émergente.

La réglementation gouvernementale a entraîné un accroissement continu des pratiques de surveillance de l'environnement au sein de l’industrie. On requiert désormais davantage d’équipement d’instrumentation conçu spécifiquement pour la surveillance de l'environnement. La maintenance et la rédaction de rapports concernant ces instruments constituent maintenant une partie intégrante des tâches des techniciens et des techniciennes.

Dans l’industrie, on observe une augmentation de l’entretien axé sur la fiabilité, et une gestion optimisée de la sécurité des processus, y compris les systèmes instrumentés de sécurité.

L'accent a été davantage mis sur la sécurité, poussant ainsi l’industrie à adopter de nouvelles pratiques, par exemple l’évaluation des dangers préalables au travail et la conception de méthodes de travail sécuritaires.

Sommaire des compétences essentielles

Les compétences essentielles sont les compétences nécessaires pour vivre, pour apprendre et pour travailler. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements du milieu du travail.

Grâce à des recherches approfondies, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont déterminé et validé neuf compétences essentielles. Ces compétences sont mises en application dans presque toutes les professions et dans la vie quotidienne sous diverses formes.

Une série d’outils approuvés par le CCDA ont été élaborés pour aider les apprenties et les apprentis à suivre leur formation et à être mieux préparés pour leur carrière dans les métiers. Les outils peuvent être utilisés avec ou sans l’assistance d’une personne de métier, d’une formatrice ou d’un formateur, d’une employeuse ou d’un employeur, d’une enseignante ou d’un enseignant, ou d’une monitrice ou d’un moniteur pour :

  • comprendre comment les compétences essentielles sont utilisées dans un métier;
  • déterminer les forces en matière de compétences essentielles et les aspects à améliorer;
  • améliorer les compétences essentielles et les chances de réussir un programme d’apprentissage.

Les outils sont disponibles en ligne où il est aussi possible de les commander.

Le présent document peut renfermer une description de la mise en pratique de ces compétences à l’intérieur des énoncés de compétences servant à appuyer chaque sous-tâche du métier. Un aperçu des exigences pour chaque compétence essentielle tiré des profils des compétences essentielles suit.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent avoir des habiletés en lecture pour trouver et pour interpréter les renseignements techniques nécessaires à leurs fonctions. Ces textes comprennent les articles techniques sur les nouveaux produits et les pratiques de l’industrie, les bulletins rédigés par les fournisseurs et des bulletins sur la santé et la sécurité, les guides d'étalonnage et de réparation, les rapports d’incidents, les manuels de procédures et les notes.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent trouver et interpréter l’information en formats imprimés et électroniques. Les types de documents mentionnés comprennent les imprimés d’ordinateur contenant des renseignements numériques, les listes de catalogues de fournisseurs et les documents techniques comme les formulaires, les graphiques, les tableaux, les diagrammes, les schémas, les diagrammes d’assemblage et les dessins. Ils peuvent également devoir produire des documents directement sur les lieux comme les esquisses et les schémas détaillés, les dessins d’assemblage, les graphiques et les tableaux.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent avoir des habiletés en rédaction pour créer des listes de pièces, des calendriers d’entretien et des rapports d’inspection. Ils doivent rédiger les procédures relatives au contrôle, à l’opération et au diagnostic des défaillances de l’équipement. Ils ont recours à leurs compétences en rédaction lorsqu’ils doivent communiquer par l’entremise de courriels et fournir une mise à jour sur l’état des travaux dans leur carnet de bord.

Pour mener à bien leurs tâches, les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent posséder des habiletés en mesurage et en calcul, en analyse de données et en estimation numérique. Certaines de ces tâches comprennent la mesure des défaillances des analyseurs, le calcul du débit, les calculs volumétriques, la surveillance de la pression, l’interprétation des écarts sur les graphiques et la comparaison des valeurs et des mesures. Ils doivent également évaluer l’ensemble des données recueillies par l’entremise d’essais et de simulations afin de diagnostiquer les défaillances et d’évaluer le rendement et l’usure de l’équipement.

Pour coordonner le travail, les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle interagissent avec d’autres gens de métier comme les monteuses et monteurs d’appareils de chauffage, les soudeuses et soudeurs, les machinistes, les électriciennes et électriciens, et les mécaniciennes et mécaniciens industriels (de chantier). Ils peuvent également discuter de problèmes et de conception de systèmes avec les ingénieures et ingénieures et les superviseures et superviseurs, et donner des conseils et des avis d’experts. Ils doivent également partager des renseignements concernant les réparations techniques et les diagnostics, et discuter avec les opératrices et opérateurs aux procédés au sujet de bris de machines et d’équipement. À l’occasion, ils peuvent faire des présentations formelles pour expliquer la surveillance des procédures ou le nouvel équipement.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent faire le diagnostic des défaillances, prendre des mesures correctives pour éviter les dangers potentiels et décider s’ils doivent réparer ou remplacer des composants en fonction des facteurs du temps et des coûts. Ils planifient et organisent les calendriers d’entretien, l’installation du nouvel équipement, et l’assignation des spécialistes pour installer la machinerie. Ils doivent pouvoir réfléchir rapidement et compiler les renseignements disponibles pour gérer les situations d’urgence, par exemple les défaillances d'équipement graves pouvant causer une blessure ou entraîner des dommages matériels et environnementaux.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle doivent installer des systèmes de commande de processus programmables, comme les API, les SNCC, les SCADA et les IHM, et en faire la maintenance. Ils peuvent avoir recours à des appareils numériques portatifs pour configurer les paramètres et consulter les données comme les mesures et les valeurs administratives. Ils peuvent également utiliser des appareils et des logiciels de traitement de texte, de bases de données, de tableurs et de communication, Internet, des logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) et des logiciels de fabrication ou d’usinage en fonction des tâches à accomplir.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle travaillent souvent seuls, mais ils peuvent également travailler avec d’autres gens de métier, des professionnels et des opératrices et opérateurs aux procédés. Ils travaillent avec ces derniers pour veiller à ce que l’instrumentation soit bien entretenue et à ce que les urgences soient traitées rapidement. Ils travaillent avec d’autres gens de métiers pour effectuer certaines tâches comme les essais des transmetteurs ou des régulateurs, et l’installation de robinets de commande. Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle travaillent parfois au sein d’une équipe, par exemple pour raccorder des fils. Dans ce cas, ils peuvent agir aussi bien en tant que membres de l’équipe ou chefs d’équipe de projets.

Les techniciens et les techniciennes en instrumentation et contrôle peuvent poursuivre leur formation dans des domaines techniques de nouvelle date ou qui sont en constante évolution, comme la sécurité et la technologie numérique, ou encore dans des domaines plus sophistiqués comme les applications liées à la commande de processus. Ils peuvent assister à des cours techniques offerts par les représentantes et les représentants de fournisseurs au sujet de nouvel équipement, ainsi qu’à des colloques sur la direction ou sur la communication. L’apprentissage continu peut se faire par la lecture de revues spécialisées ou par le dépannage.

Remerciements

Le CCDA et EDSC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, aux ministères et organismes gouvernementaux des provinces et des territoires ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

Le CCDA et EDSC désirent particulièrement exprimer leur reconnaissance aux gens du métier suivants :

  • Paul Brown - Manitoba
  • Wayne Dove - Terre-Neuve-et-Labrador
  • Chad Drummond - Île-du-Prince-Édouard
  • Chris Hamel - Saskatchewan
  • Liam Holland - Nouvelle-Écosse
  • Herve Laforest - Alberta
  • Brian Perreault - Ontario
  • Shane Stirling - Colombie-Britannique

La présente analyse a été préparée par la Direction de l’intégration au marché du travail d’EDSC. La coordination, la facilitation et la production de l’analyse ont été effectuées par l’équipe responsable de l’élaboration des ANP de la Division des métiers et de l’apprentissage l’Alberta, la province hôte, a également participé à l’élaboration de cette ANP.

Les commentaires et les questions au sujet de cette publication peuvent être transmis à :

Division des métiers et de l’apprentissage
Direction de l’intégration au marché du travail
Emploi et Développement social Canada
140, promenade du Portage, Portage IV, 6e étage
Gatineau (Québec)  K1A 0J9
Courriel : redseal-sceaurouge@hrsdc-rhdcc.gc.ca

Date de modification :