Électricien industriel/électricienne industrielle - Norme professionnelle du Sceau rouge

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît la présente Norme professionnelle du Sceau rouge (NPSR) comme la Norme du Sceau rouge pour le métier d’électricien industriel/électricienne industrielle.

Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Industrial Electrician

CNP : 7242

Année de désignation : 1966

NPSR produits pour télécharger

La Norme professionnelle du Sceau rouge pour le métier d’électricien industriel/électricienne industrielle est développée par des représentants de métier canadiens. Ce document recueille l’information sur ce métier tel que celui-ci est pratiqué au Canada.

L’information NPSR est assemblée de plusieurs façons afin de générer plusieurs produits NPSR; chacun de ces produits est basé sur l’information contenue dans la NPSR complète et est destiné aux besoins des utilisateurs.

Produit

Objectif

Norme professionnelle du Sceau rouge - Électricien industriel/électricienne industrielle

Offrir une description complète de toutes les activités effectuées dans le métier et de toutes les compétences et connaissances nécessaires pour exercer ce métier. La norme définit le métier en regroupant et en organisant les éléments.

Affiche de la Norme professionnelle du Sceau rouge - Électricien industriel/électricienne industrielle

Présenter les activités du métier sous forme de tableau.

Profil du métier - Électricien industriel/électricienne industrielle

Présenter un aperçu de toutes les activités effectuées dans le métier décrites dans la norme. Le profil du métier peut être utilisé pour autoévaluer l'expérience acquise, pour présenter un sommaire de toutes les activités effectuées dans le métier aux gens qui veulent apprendre ce métier et pour l'analyse des lacunes.

Plan du programme de formation - Électricien industriel/électricienne industrielle

Organiser les éléments de la section « Connaissances » de la norme et présenter des recommandations quant aux niveaux de formation. Ces éléments ont pour but de faciliter l'élaboration et la prestation des programmes de formation technique.

Guide d’auto-évaluation pour l’examen du Sceau rouge – Électricien industriel/électricienne industrielle (PDF, 658 Ko) Utilisez l’outil d’auto-évaluation pour évaluer votre propre compréhension et votre expérience pour les tâches qui font parties de l’examen du Sceau rouge.

Information générale

Description du métier de électricien industriel/électricienne industrielle

« Électricien industriel/électricienne industrielle » est le titre officiel Sceau rouge de ce métier tel qu’il a été approuvé par le CCDA. La présente NPSR couvre les tâches exécutées par les électriciens industriels et les électriciennes industrielles dont le titre professionnel est reconnu dans certaines provinces et dans certains territoires sous les noms suivants :

NL

NS

PE

NB

QC

ON

MB

SK

AB

BC

NT

YT

NU

Électricien (hors construction)

        x      

Électricien industriel/électricienne industrielle

x x x x x x   x x x

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles installent, entretiennent, mettent à l’essai, dépannent et réparent l’équipement électrique industriel et les commandes électriques connexes. L’équipement électrique industriel et les commandes électriques comprennent des appareils ou des composants soumis directement ou indirectement à une alimentation électrique comme les moteurs, les générateurs, les pompes et les systèmes d’éclairage. Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles travaillent pour des entrepreneurs en électricité et des services d’entretien d’usines, de mines, de manufactures ainsi que pour le gouvernement et d’autres établissements industriels.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles doivent lire et interpréter les plans, les dessins et les codes pour déterminer la disposition et l’installation de l’équipement électrique. Ils installent et entretiennent des composants électriques comme les appareils d’éclairage, dls interrupteurs, les conduits et les commandes électriques. Ils mettent à l’essai des réseaux électriques et vérifient la continuité des circuits au moyen d’équipement d’essai pour assurer la sécurité et la compatibilité des réseaux. Ils exécutent des programmes d’entretien préventif et tiennent des registres d’entretien. Les électriciens industriels et électriciennes industrielles peuvent se spécialiser dans des tâches d’entretien dans des domaines comme la haute tension et la commande de processus.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles doivent posséder une dextérité manuelle et de bonnes compétences en matière de planification, d’organisation et de communication. Ils doivent aussi avoir de fortes compétences en matière d’analyse, en mathématiques et en résolution de problèmes afin de lire et interpréter les schémas, les dessins et les spécifications. Ils doivent posséder de bonnes aptitudes mécaniques pour installer, dépanner et réparer de l’équipement. Il est important que les électriciens industriels et les électriciennes industrielles aient de bonnes connaissances des technologies numériques et possèdent des compétences en informatique parce que bon nombre des technologies sont informatisées. Ils doivent posséder une grande acuité visuelle et auditive, la capacité à distinguer les couleurs et la volonté de perfectionner leurs compétences afin de s’adapter aux avancements du métier.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles s’exposent à des dangers dans leur milieu de travail. Leur travail s’effectue à l’intérieur ou à l’extérieur dans des conditions météorologiques extrêmes et peut avoir lieu en hauteur ou en espace clos. Les risques professionnels comprennent les décharges électriques, les arcs électriques, les chutes et les blessures causées par le levage et l’agenouillement.

La présente NPSR reconnaît les similarités ou les chevauchements avec les tâches des métiers d’électricien/électricienne (construction), de monteur/monteuse de lignes sous tension, de technicien/technicienne en instrumentation et contrôle, d’électromécanicien/électromécanicienne, de technicien/technicienne en chauffage, en ventilation et en conditionnement d’air (CVCA), de technicien/technicienne en télécommunications et de mécanicien industriel/mécanicienne industrielle (de chantier). Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles travaillent aussi avec des opérateurs et des opératrices de postes de conduite de procédés industriels, des ingénieurs et des ingénieures et des inspecteurs et des inspectrices.

Au fur et à mesure qu’ils acquièrent de l’expérience, les électriciens industriels et les électriciennes industrielles peuvent être amenés à agir à titre de mentors et de formateurs auprès des apprentis du métier. Ils peuvent également accéder à des postes de gestion, d’inspection, de facilitation ou d’enseignement.

Sommaire des compétences essentielles

Les compétences essentielles sont les compétences nécessaires au travail, à l’apprentissage et dans la vie. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements du milieu du travail.

Grâce à des recherches approfondies, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont déterminé et validé neuf compétences essentielles. Ces compétences sont mises en application sous diverses formes dans presque tous les métiers et dans la vie quotidienne.

Une série d’outils approuvés par le CCDA ont été élaborés pour aider les apprentis à suivre leur formation et à être mieux préparés pour leur carrière dans les métiers. Les outils peuvent être utilisés avec ou sans l’assistance d’une personne de métier, d’un formateur, d’un employeur, d’un enseignant, ou d’un moniteur pour :

  • comprendre comment les compétences essentielles sont utilisées dans le métier;
  • déterminer les forces en matière de compétences essentielles et les aspects à améliorer;
  • améliorer les compétences essentielles et les chances de réussir un programme d’apprentissage.

Les outils sont disponibles en ligne où il est aussi possible de les commander.

Le présent document peut renfermer une description de la mise en pratique de ces compétences à l’intérieur des énoncés de compétences et de connaissances accompagnant chaque sous-tâche du métier. Les compétences essentielles les plus importantes pour chaque sous-tâche ont également été définies. Un aperçu des exigences pour chaque compétence essentielle tiré des profils des compétences essentielles suit.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles lisent et interprètent divers types de documents. Ces derniers comprennent les bons de travail, les documents de sécurité et du lieu de travail ainsi que les codes techniques plus complexes de l’électricité, des règlements et des manuels d’utilisation de l’équipement.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles doivent utiliser les documents du lieu de travail comme les schémas de circuits et les schémas de principe, les FDS et les horaires de quarts. Ils doivent être familiarisés avec les codes de l’électricité. Ils doivent chercher de l’information sur l’entretien et les réparations en consultants les manuels et d’autres sources.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles doivent utiliser leurs compétences en rédaction pour inscrire des commentaires ou des notes dans les journaux quotidiens ou les fiches de travail. Ils rédigent des messages à l’intention de leurs collègues ou des cadres pour transmettre des détails sur l’ouvrage ou répondre à des demandes de renseignements techniques. De plus, ils rédigent des rapports de service longs pour décrire des problèmes et leurs solutions.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles utilisent leurs compétences en communication pour coordonner le travail avec les équipes de production et les opérateurs de matériel. Il est important que la communication d’information technique et complexe soit claire pour éviter les blessures et favoriser l’efficacité du travail accompli. Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles utilisent également leurs compétences en communication lorsqu’ils travaillent avec leurs collègues et leurs superviseurs ainsi que pour guider les apprenties et les apprentis du métier. Ils doivent avoir de bonnes capacités d’écoute afin de bien comprendre pour être capables de répéter clairement ce qu’ils viennent d’entendre ou d’apprendre.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles utilisent un éventail de compétences complexes en mathématiques dans leur travail quotidien. Il y a notamment l’ordonnancement, la prise de mesures, les conversions et le calcul. Ils font également appel aux principes théoriques d’électricité en appliquant des formules de codes de l’électricité pour déterminer les spécifications du matériel et du câblage et pour analyser les mesures.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles ont besoin de bonnes capacités analytiques pour dépanner et établir le diagnostic des défectuosités de l’équipement. Ils se servent de la logique et de la mémoire pour reconnaître ces défectuosités. Ils doivent avoir les capacités nécessaires pour prendre des décisions afin de planifier le travail et établir les priorités des tâches à faire. Les décisions à propos du moment où il faut couper l’alimentation a des répercussions importantes sur la sécurité au travail.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles visent l’utilisation la plus efficace de leur temps dans le cadre des tâches assignées. Les tâches courantes sont généralement assignées par les superviseurs ou dictées par un procédé établi par l’employeur. Une grande partie du reste de leur travail consiste à réparer l’équipement brisé ou défectueux. Ils doivent souvent rétablir les priorités des tâches plusieurs fois par jour et ils coordonnent leur travail avec les autres corps de métier et le personnel de production, qui ont des priorités et des besoins différents.

Il est de plus en plus important que les électriciens industriels et les électriciennes industrielles possèdent des compétences informatiques. Ils utilisent des applications générales comme le courrier électronique, Internet, des logiciels de traitement de texte, des bases de données et des logiciels du FEO pour communiquer, effectuer des recherches, organiser leur travail ainsi que configurer et mettre à jour les paramètres d’exploitation de l’équipement électrique. Des applications plus spécifiques au métier comprennent des logiciels de CAO, des logiciels de FAO et des contrôleurs logiques.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles travaillent en tant que membres d’une équipe qui comprend d’autres gens de métier et des professionnels pour installer, réparer et entretenir les réseaux et l’équipement électriques industriels. Ils travaillent le plus souvent indépendamment, tout en coordonnant leur travail avec le travail des autres, toutefois, dans le cas de gros ouvrages, ils travaillent avec un partenaire ou en équipe.

Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles reçoivent souvent des formations à l’interne sur la sécurité pour mettre à jour leurs certifications du SIMDUT, du TMD, des premiers soins et de la RCR. Ils reçoivent également la formation pour utiliser en toute sécurité l’équipement comme les chariots élévateurs, les plateformes élévatrices à ciseaux et les échafaudages. Ils apprennent à connaître l’équipement nouveau au travail, en lisant des manuels, en suivant des cours et par l’expérience de travail pratique. Ils acquièrent la formation informatique en suivant des cours à l’extérieur de leur milieu de travail et au moyen de cours en ligne.

Tendances du métier électricien industriel/électricienne industrielle

Technologie

Les progrès technologiques ont amélioré la façon dont les électriciens industriels et les électriciennes industrielles effectuent leur travail quotidiennement. La technologie numérique est de plus en plus utilisée pour la recherche, la communication, la programmation, les commandes, la tenue des dossiers et les diagnostics. De nouveaux types d’appareillages d’essais et de l’équipement de plus en plus facile à utiliser ont réduit le temps nécessaire pour établir le diagnostic d'une défectuosité quelconque et pour la dépanner. La régulation et la surveillance de l’équipement électrique commencent à migrer vers la technologie avec ou sans fil, à partir de la plateforme Internet des objets (IdO).

En ce qui a trait à l’entretien de l’équipement et des réseaux électriques industriels, on accorde davantage d’importance aux inspections et aux évaluations. Une plus grande attention accordée aux inspections assure la santé et la sécurité des employés ainsi que le bon fonctionnement des appareils et de leurs composants.

Les programmes d’entretien préventif, qui font appel à des SIGE, deviennent de plus en plus courants sur le lieu de travail. Ces systèmes permettent d’augmenter l’efficacité des tâches accomplies qui sont nécessaires à l’entretien des réseaux électriques et l’amélioration de leur organisation. De plus, ils centralisent d’autres fonctions, telles que l’établissement des tendances, la commande des pièces, la gestion du projet, l’enregistrement de l’historique, l’établissement des coûts, l’enregistrement des heures de travail et la gestion des armoires à outils.

Les PLC et les systèmes de commande répartis facilitent la surveillance et la régulation des processus industriels et des immeubles. Cet équipement est devenu plus répandu. Des appareils plus petits sont facilement disponibles pour bon nombre d’applications. Les IHM sont de plus en plus intégrées dans les systèmes de commande de processus. Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles travaillent de moins en moins avec des dispositifs câblés.

L’entretien axé sur la fiabilité et la gestion de la sécurité des procédés, notamment les systèmes de sécurité actifs comme les PLC, les rideaux de lumière et les scrutateurs de zone sont de plus en plus communs au sein de l’industrie, ce qui change les objectifs et les tâches des électriciens industriels et électriciennes industrielles.

La technologie numérique a facilité l’utilisation de nouveaux composants qui rendent le contrôle de la consommation d’énergie plus fiable et plus efficace. Il est plus simple de remplacer un bon nombre d’anciennes pièces et d’anciens dispositifs maintenant qu’ils sont plus petits et existent en format numérique. La communication des données a évolué, passant de multiples protocoles (inforoute, DeviceNet et Modbus) vers une harmonisation en un protocole Ethernet global. Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles doivent constamment actualiser leur connaissance de cette technologie.

L’industrie au Canada s’oriente vers des techniques efficaces et écologiques, et des dispositifs d’économie d’énergie, tels l’éclairage par DEL, les contrôles d’éclairage automatisés et les entraînements à vitesse variables. Les électriciens industriels et les électriciennes industrielles doivent connaître les programmes, les règlements et les initiatives d’économie d’énergie gouvernementaux. Ils peuvent aussi participer à l’installation et à la mise à jour de systèmes d’énergie renouvelable comme à énergie solaire ou éolienne ainsi qu’à leurs systèmes de stockage de l’énergie connexes.

Dans bien des secteurs de l’industrie, on fait appel à la robotique. Par conséquent, certains électriciens industriels et certaines électriciennes industrielles doivent maintenant acquérir des compétences spécialisées pour demeurer à la hauteur de cette nouvelle technologie.

Sécurité

La combinaison de divers facteurs en cas de défectuosité risque de provoquer une électrocution, un arc électrique ou une explosion qui pourrait entraîner des brûlures extrêmes, des blessures graves ou la mort. Les mesures de sécurité ont été resserrées à la suite de blessures causées par un arc électrique. Des pratiques, des marches à suivre, de l’équipement de sécurité et des règlements provinciaux et territoriaux nouveaux ont été élaborés et mis sur pied pour aborder la question.

Les paramètres de travail des électriciens industriels et des électriciennes industrielles ont augmenté en ce qui concerne la commande de processus, la régulation des conditions ambiantes et les systèmes de régulation des immeubles. On met davantage l’accent de nos jours sur la responsabilisation en matière de sécurité au travail.

Niveau de performance auquel s’attend l’industrie

Les tâches doivent être effectuées conformément aux normes et aux codes provinciaux et territoriaux qui s’appliquent. Toutes les normes de santé et de sécurité doivent être respectées. Le travail devrait être effectué efficacement et être de grande qualité, sans gaspillage de matériaux ou dommages causés à l’environnement. Toutes les exigences du fabricant, toutes les spécifications de l’entreprise et du client et toutes les exigences du CCE et de l’autorité compétente doivent être satisfaites.

Au niveau de performance d’un compagnon d’apprentissage, toutes les tâches doivent être exécutées avec un minimum de directives et de supervision.

Alors qu’un compagnon progresse dans sa carrière, il est attendu que celui-ci continue de mettre à jour ses compétences et ses connaissances pour suivre les tendances de l’industrie et promouvoir la formation continue dans son métier en agissant à titre de mentor auprès des apprentis.

Exigences linguistiques

Il est attendu que les compagnons peuvent comprendre l’anglais ou le français, qui sont les deux langues officielles du Canada, et qu’ils peuvent communiquer dans une ou l’autre de ces langues. L’anglais et le français sont les langues communes des affaires et de l’enseignement des programmes d’apprentissage.

Remerciements

Le CCDA et EDSC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, aux ministères et organismes gouvernementaux des provinces et des territoires ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

EDSC et le CCDA tiennent à remercier le Conseil national des métiers de l’industrie électrique (CNMIE) qui a fourni des conseils pour l’élaboration de cette norme.

Un remerciement spécial est adressé aux représentants ci-dessous qui ont grandement contribué à l’ébauche initiale de la présente NPSR et qui ont offert des conseils éclairés pendant son élaboration :

  • Donald Bemko - Ontario
  • Ryan Creaser - Nouvelle-Écosse
  • John R.S. (Steve) Gogo - Manitoba
  • Stephane Haché - Nouveau-Brunswick
  • Ray Hamel - Ontario
  • Tyson Hedge - Terre-Neuve-et-Labrador
  • Josh MacDonald - Île-du-Prince-Édouard
  • Philip R. Nelson - Nouveau-Brunswick
  • Robert Nelson - Association canadienne de normalisation
  • Peter Olders - CNMIE
  • Rob Pearce - Nouvelle-Écosse
  • Shawn K. Spencer - Nouveau-Brunswick
  • Shane Stirling - Colombie-Britannique
  • Wade W. Weatherbee - Nouvelle-Écosse
  • Tim Williams - Manitoba
  • Adam Zubczyk - Ontario

La présente NPSR a été préparée par le personnel de la Direction de l’apprentissage et des professions réglementées d’EDSC. La coordination, la facilitation et la production de la présente NPSR ont été effectuées par l’équipe d’élaboration des NPSR de la Division des métiers et de l’apprentissage. L’Ontario, la province hôte, a aussi pris part à l’élaboration de la présente NPSR.

Date de modification :