Couvreur/couvreuse - analyse nationales de profession

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît la présente analyse comme la norme nationale pour la profession de couvreur ou de la couvreuse.

Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Roofer

CNP: 7291

Année de désignation : 1981

Téléchargement PDF

Télécharger la version PDF (1 300 Ko) de ce contenu.

Guide d’auto-évaluation pour l’examen du Sceau rouge – Couvreur/couvreuse

Utilisez l’outil d’auto-évaluation (PDF, 942 Ko) pour évaluer votre propre compréhension et votre expérience pour les tâches qui font parties de l’examen du Sceau rouge.

Information générale

Champ de compétence du couvreur ou de la couvreuse

« Couvreur/couvreuse » est le titre officiel Sceau rouge de ce métier tel qu’accepté par le CCDA. Cette analyse couvre les tâches exécutées par les noms du métier dont le titre professionnel a été reconnu par certaines provinces et par certains territoires du Canada sous les noms suivants :

NL

NS

PE

NB

QC

ON

MB

SK

AB

BC

NT

YT

NU

Couvreur

x

x

Couvreur ou couvreuse

x

Couvreur/couvreuse

x

Les couvreurs et les couvreuses installent, réparent et remplacent les toits plats et les toits inclinés. À l’aide de différentes méthodes d’application, les couvreurs et les couvreuses utilisent une membrane constituée de différentes matières. Ils installent, remplacent et réparent également les bardeaux, l’ardoise, les bardeaux de fente, les tuiles, la tôle et d’autres revêtements primaires préformés sur les toits inclinés.

Avant le début du travail, les couvreurs et les couvreuses peuvent inspecter les systèmes de couverture existants, évaluer l’étendue des dommages et déterminer la façon de procéder pour la réparation du substrat ou pour le remplacement de matériaux de couverture endommagés par de nouveaux matériaux. Quelques couvreurs et couvreuses peuvent avoir à évaluer la quantité de matériel requis et les coûts d’installation.

Lors de la préparation des travaux, les couvreurs et les couvreuses peuvent avoir à dresser des échafaudages et à établir des mesures de sécurité pour éviter les chutes et fournir un accès sécuritaire à la zone de travail. De plus, Ils protègent les couvertures, les murs de fondation, les dalles de plancher et les platelages des intempéries, de l’eau et de l’humidité. Ils installent des accessoires de couverture comme des solins en tôle, des solins d’évents de toiture, des solins de boulon d’ancrage, des drains encastrés et des colliers de serrage.

Les couvreurs et les couvreuses peuvent travailler pour des entreprises qui installent des couvertures, pour des entrepreneurs généraux ou encore à leur compte. Ils peuvent travailler sur divers types de toits ou se spécialiser dans les toits plats ou les toits légèrement inclinés des immeubles commerciaux et industriels ou encore sur des toits à pente raide, que l’on retrouve sur la plupart des immeubles résidentiels.

Les aptitudes mécaniques, la dextérité manuelle et l’habileté à travailler en équipe constituent des atouts pour les gens qui veulent exercer ce métier. Les couvreurs et les couvreuses travaillent principalement à l’extérieur et le travail peut être saisonnier. L’environnement de travail est exposé et peut impliquer des températures extrêmement froides à extrêmement chaudes. Le métier de couvreur ou de couvreuse est exigeant physiquement et les efforts les plus considérables sont de soulever des charges, de grimper, de se pencher, de s’agenouiller et de se tenir en équilibre sur des surfaces élevées, inclinées et parfois glissantes.

Les couvreurs et les couvreuses travaillent avec des personnes œuvrant dans d’autres métiers de la construction. Avec une formation supplémentaire, les couvreurs et les couvreuses peuvent utiliser leurs habiletés dans des professions reliées à la leur comme celle de charpentier ou de charpentière ou celle de ferblantier ou de ferblantière. Après avoir acquis de l’expérience, ils ont accès à des positions de supervision ou peuvent choisir de devenir entrepreneurs ou inspecteurs.

Observations sur le métier

Il y a une augmentation de l’utilisation de dispositifs antichute et de harnais de sécurité pour assurer la sécurité des ouvriers. L’équipement de protection individuelle (EPI) comme les appareils respiratoires et la protection des mains et des yeux est aussi de plus en plus utilisé. On demande souvent aux employés de participer à l’élaboration et à l’implantation de procédures et de politiques de l’entreprise relativement à la sécurité et d’assister à des séances de formation sur la sécurité.

En raison de la préoccupation entourant les incendies, on met davantage l’accent sur la formation et l’utilisation de la flamme nue. Les couvreurs et les couvreuses utilisent de plus en plus des membranes à fixation mécanique et des membranes à endos préencollé. Ils deviennent de plus en plus conscients du risque de pénétration d’émanations chimiques dans les immeubles, raison pour laquelle les propriétaires, les entrepreneurs et les entrepreneuses, et les locataires communiquent davantage entre eux.

Les matériaux de rebut doivent souvent être triés et recyclés, tout particulièrement en ce qui a trait au bois, aux métaux et à d’autres matériaux utilisés dans les travaux exécutés par un couvreur ou une couvreuse.

Les couvreurs et les couvreuses utilisent davantage les équipements automatiques pour déplacer les matériaux et installer les systèmes de couverture.

Le travail des couvreurs et des couvreuses devient beaucoup plus complexe en raison de l’introduction de nouvelles membranes et de compositions de toits haut de gamme. Pour être en mesure de procéder à des installations adéquates, les couvreurs et les couvreuses doivent donc suivre des formations continues et améliorer leurs compétences.

Le nombre croissant de saillies de toits comme les stations de base et les photovoltaïques force les couvreurs et les couvreuses à consacrer plus de temps à la finition pour intégrer ces éléments.

Il existe aussi une tendance en ville pour les toits décoratifs dont la conception architecturale, la structure, les membranes, les panneaux et les parements vont de pair.  

La demande en toitures végétalisées et renouvelables est en hausse dans les centres urbains pour retrouver les ressources naturelles perdues comme l’eau et la végétation, et pour réduire l’empreinte carbone. Parmi les « constructions écologiques », les toits réflecteurs et les toits avec aménagement paysager sont très populaires. Les formations en toitures visent de plus en plus à inculquer des connaissances pratiques et des concepts scientifiques et technologiques associés à l’économie d’énergie et à la responsabilité environnementale.

Des organisations comme le LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) font la promotion de constructions écologiques comme solution de rechange.  

Sommaire des compétences essentielles

Les compétences essentielles sont les compétences nécessaires pour vivre, pour apprendre et pour travailler. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements du milieu du travail.

À la suite de recherches approfondies, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont déterminé et validé neuf compétences essentielles. Ces compétences sont mises en application dans presque toutes les professions et dans la vie quotidienne sous diverses formes.

Une série d’outils approuvés par le CCDA ont été élaborés pour aider les apprenties et les apprentis à suivre leur formation et à être mieux préparés pour leur carrière dans les métiers. Les outils peuvent être utilisés avec ou sans l’assistance d’une personne de métier, d’une formatrice ou d’un formateur, d’une employeuse ou d’un employeur, d’une enseignante ou d’un enseignant, ou d’une personne agissant à titre de mentor.

  • comprendre comment les compétences essentielles sont utilisées dans un métier;
  • déterminer les forces en matière de compétences essentielles et les aspects à améliorer;
  • améliorer les compétences essentielles et les chances de réussir un programme d’apprentissage.

Les outils sont disponibles en ligne où il est aussi possible de les commander.

Le profil des compétences essentielles pour les couvreurs et les couvreuses indique que les compétences essentielles les plus importantes sont l’utilisation des documents, la communication orale et la résolution de problèmes.

Le présent document peut renfermer une description de la mise en pratique de ces compétences à l’intérieur des énoncés de compétences servant à appuyer chaque sous-tâche du métier. Un aperçu des exigences pour chaque compétence essentielle tiré des profils des compétences essentielles suit.

Les couvreurs et les couvreuses lisent des instructions sur les ordres de travail ainsi que sur l’application et l’installation de produits et de matériaux de toiture. Ils lisent aussi des fiches de renseignements pour appendre à propos des nouveaux produits et matériaux. Les couvreurs et les couvreuses doivent également se référer aux bleus et aux spécifications pour mener à termes des travaux de toiture.

Les couvreurs et les couvreuses consultent des documents de référence comme des ordres de travail, des plans et des spécifications en plus de plans de sécurité particuliers à chaque site et nécessaires aux travaux de construction, de modification et de réparation. Ils doivent déterminer l’emplacement et l’orientation des pièces avec des dessins d'assemblage pour du matériel. Les couvreurs et les couvreuses lisent des documents liés au Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) pour apprendre et suivre les procédures de maniement et d’application sécuritaires.

Les couvreurs et les couvreuses peuvent avoir à écrire dans des journaux de bord, des formules de contrat et des ordres de travail pour écrire les travaux nécessaires. Ils peuvent avoir à remplir des rapports d’entretien et d’inspection et doivent remplir des documents liés à la sécurité selon la réglementation de la province ou du territoire.

Les couvreurs et les couvreuses mesurent la longueur, la largeur et la hauteur de la surface des toits pour pouvoir commander les bonnes quantités de matériaux requis pour les travaux de toiture. Ils utilisent aussi des dessins pour calculer les besoins en matériel. Les couvreurs et les couvreuses utilisent des compétences en calcul pour déterminer la disposition du bardeau. Ils utilisent parfois des thermomètres pour mesurer la température des matériaux de toiture et du milieu de travail pour s’assurer que les conditions sont adéquates à l’application des matériaux.

Les couvreurs et les couvreuses communiquent avec leurs collègues, d’autres travailleurs ou travailleuses de métier, des fabricants et des fabricantes et des superviseurs ou des superviseures pour passer en revue et discuter du travail et des prescriptions de sécurité. Ils parlent aux clients et aux clientes pour leur expliquer les procédures utilisées pour l’application et le mode de disposition des matériaux de toiture. Les couvreurs et les couvreuses peuvent aussi utiliser des moyens de communication spécialisés comme des signaux manuels pour communiquer avec les opérateurs ou les opératrices de grue et les opérateurs ou les opératrices de treuil au moment de déplacer les matériaux et l’équipement.

Les couvreurs et les couvreuses utilisent des compétences en résolution de problèmes pour corriger des erreurs et résoudre des anomalies sur les chantiers. Ils évaluent les conditions des toits et consultent les superviseurs ou les superviseures et les clients ou les clientes pour ajuster la portée des travaux de toiture. Les couvreurs et les couvreuses doivent prévoir les changements de température pour éviter que la toiture existante et les matériaux soient endommagés. Ils utilisent leurs compétences en prise de décisions pour décider du début et de la fin des travaux, en prenant en considération des facteurs comme les conditions météorologiques et la disponibilité des matériaux et de la main-d’œuvre. Les couvreurs et les couvreuses utilisent leur pensée critique pour évaluer la qualité des travaux de toiture une fois qu’ils sont terminés. Ils procèdent également à des tests pour s’assurer que les matériaux de couverture sont scellés et ont bien adhéré.

La plupart des couvreurs et couvreuses travaillent en collaboration avec d’autres travailleurs ou travailleuses au sein d’équipes pour mener à terme les travaux de couverture. Ensemble, ils discutent de sécurité, de méthodes de travail, de l’amélioration des installations et du contrôle de la qualité.

Les couvreurs et les couvreuses peuvent utiliser les courriels pour communiquer avec d’autres membres de l’industrie. Ils peuvent aussi utiliser Internet pour effectuer des recherches à propos de produits et obtenir des renseignements liés à la sécurité.

Les couvreurs et les couvreuses apprennent continuellement pour se tenir à jour à propos des nouveaux produits de couverture et des nouvelles méthodes d’application et mesures de sécurité. Ils suivent des cours sur la sécurité des chantiers provinciaux et sur le SIMDUT ainsi que d’autres formations liées à la sécurité pour se tenir à jour. Les fabricants et les fabricantes offrent parfois des formations à propos de leurs produits. Les couvreurs et les couvreuses peuvent également apprendre en lisant des manuels et des bulletins d'information.

Remerciements

Le CCDA et EDSC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, aux ministères et organismes gouvernementaux des provinces et des territoires ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

Le CCDA et RHDCC désirent particulièrement exprimer leur reconnaissance aux gens du métier suivants :

  • Ron Boschetti - Saskatchewan
  • Gary Bye - Alberta
  • Gil Edwards - Colombie-Britannique
  • Bryce Jordan - Ontario
  • Darren McCallum - Manitoba
  • Gerald Phillippo - Nouvelle-Écosse
  • Roger Sové - Colombie-Britannique
  • Marek Szmaj - Alberta

La présente analyse a été préparée par la Direction de l’intégration au marché du travail de RHDCC. La coordination, la facilitation et la production de l’analyse ont été effectuées par l’équipe d’élaboration des ANP de la Division des métiers et de l’apprentissage. La Saskatchewan, la province hôte, a également participée à l’élaboration de cette ANP.

Les commentaires et les questions au sujet de cette publication peuvent être transmis à :

Division des métiers et de l’apprentissage
Direction de l’intégration au marché du travail
Emploi et Développement social Canada
140, promenade du Portage, Portage IV, 6e étage
Gatineau (Québec)  K1A 0J9
Courriel : redseal-sceaurouge@hrsdc-rhdcc.gc.ca