Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles Norme professionnelle du Sceau rouge

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît la présente Norme professionnelle du Sceau rouge (NPSR) comme la norme du Sceau rouge pour le métier de mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles.

2016 – Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Automotive Service Technician

CNP : 7321

Année de désignation : 1959

NPSR produits pour télécharger

La norme professionnelle du Sceau rouge pour le métier de mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles est développée par des représentants de métier canadiens. Ce document recueille l’information sur ce métier tel que celui-ci est pratiqué au Canada.

L’information NPSR est assemblée de plusieurs façons afin de générer plusieurs produits NPSR; chacun de ces produits est basé sur l’information contenue dans la NPSR complète et est destiné aux besoins des utilisateurs.

Produit

Objectif

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles norme professionnelle du Sceau rouge

Offrir une description complète de toutes les activités effectuées dans le métier et de toutes les compétences et connaissances nécessaires pour exercer ce métier. La norme définit le métier en regroupant et en organisant les éléments.

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles affiche de la Norme professionnelle du Sceau rouge

Présenter les activités du métier sous forme de tableau.

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles profil du métier

Présenter un aperçu de toutes les activités effectuées dans le métier décrites dans la norme. Le profil du métier peut être utilisé pour autoévaluer l'expérience acquise, pour présenter un sommaire de toutes les activités effectuées dans le métier aux gens qui veulent apprendre ce métier et pour l'analyse des lacunes.

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles formulaire d’attestation de l'expérience de travail dans le métier

Formulaire que l’employeur d’un candidat peut utiliser pour attester l’expérience de travail d’un employé ou d’un ancien employé dans le métier. Après vérification, un candidat pourrait être admissible à passer un examen du Sceau rouge ou à s’inscrire dans un programme d’apprentissage avec des crédits accordés en équivalence.

(veuillez communiquer avec les autorités provinciales et territoriales en apprentissage pour une version provinciale)

Guide de préparation à l’examen du Sceau rouge pour le métier de mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles

Ce document donne un aperçu de la répartition des questions sur l’examen du Sceau rouge (pourcentage) selon les différentes activités du métier. Il présente aussi un aperçu des compétences du métier. Il peut être utilisé pour faire une auto-évaluation et se préparer à passer l’examen du Sceau rouge.

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles plan du programme de formation

Organiser les éléments de la section « Connaissances » de la norme et présenter des recommandations quant aux niveaux de formation. Ces éléments ont pour but de faciliter l'élaboration et la prestation des programmes de formation technique.

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles carnet d'apprentissage

Présenter une liste concise de toutes les activités effectuées dans le métier sous forme de carnet dans lequel l’employeur peut apposer sa signature en guise d'approbation. Le carnet d’apprentissage contient les références à la norme professionnelle complète pour obtenir des renseignements plus détaillés sur chaque sous-tâche. Il sert à guider la formation en cours d’emploi et à faire le suivi des progrès réalisés durant la formation en apprentissage du métier.

(veuillez communiquer avec les autorités provinciales et territoriales en apprentissage pour une version provinciale)

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles guide de formation en cours d’emploi

Pourrait servir de guide pour complémenter le plan du programme de formation. Il peut aussi procurer aux gens de métier et aux apprentis un plan pour aider à guider l’enseignement des compétences du métier à un niveau d’avance de la formation technique des apprentis.

(veuillez communiquer avec les autorités provinciales et territoriales en apprentissage pour une version provinciale)

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles aperçu des compétences essentielles

Regrouper les renseignements sur le métier selon chaque compétence essentielle, faciliter l’inclusion des compétences essentielles dans l’élaboration et la prestation des programmes de formation technique et complémenter la norme d’apprentissage. L’aperçu des compétences essentielles peut aussi être utile pour mettre sur pied des services relatifs aux lacunes en matière de formation.

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles affiche des compétences essentielles

Présenter sur une affiche toutes les activités du métier et les compétences essentielles les plus importantes qui y sont rattachées pour illustrer l’importance des compétences essentielles dans toutes les activités du métier.

Information générale

Description du métier de mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles

« Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles » est le titre Sceau rouge de ce métier tel qu’il a été accepté par le CCDA. La présente NPSR couvre les tâches exécutées par des mécaniciens ou des mécaniciennes de véhicules automobiles dont le titre professionnel est connu dans certaines provinces et dans certains territoires sous les noms suivants :

NL

NS

PE

NB

QC

ON

MB

SK

AB

BC

NT

YT

NU

Mécanicien de véhicules automobiles

  x

Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles

x x x x x x x x x x

Technicien ou technicienne d’entretien automobile

x
Technicien d’entretien automobile x

Un mécanicien ou une mécanicienne de véhicules automobiles est une personne de métier qui possède toutes les connaissances et les aptitudes requises pour effectuer l’entretien préventif, diagnostiquer des problèmes et réparer les systèmes des véhicules, notamment le moteur, le système de gestion de véhicules, les systèmes hybrides, la direction, le système de freinage, les pneus, les roues, la transmission, la suspension, le système électrique, le système électronique, le système de chauffage, de ventilation et de conditionnement d’air (CVCA), le système de retenue, les garnitures et les accessoires des automobiles et des véhicules utilitaires légers.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles peuvent être embauchés pour travailler dans des ateliers de réparations d’automobiles, pour des concessionnaires, dans des ateliers spécialisés de réparations d’automobiles, dans de grandes organisations propriétaires d’un parc de véhicules et pour des entreprises de réparations de carrosserie de véhicules automobiles.

Alors que le métier de mécanicien ou de mécanicienne de véhicules automobiles couvre les multiples aspects de l’entretien et de la réparation d’automobiles, la complexité des moteurs d’aujourd’hui a amené de nombreux gens de métier à se spécialiser dans un domaine particulier de la mécanique automobile.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles travaillent habituellement à l’intérieur, dans un milieu bruyant et des espaces clos où coexistent des vapeurs, des odeurs, des composés dangereux, des courants d’air et des vibrations. Le travail exige souvent de se tenir debout, de se pencher, de ramper, de soulever, de tirer et de s’étirer pendant de longues périodes.

Une bonne coordination œil-main, une aptitude mécanique, la capacité de gérer son temps, un raisonnement logique, des compétences décisionnelles, d’excellentes habiletés pour la communication, des compétences en informatique et la capacité de s’adapter à la technologie qui évolue constamment sont autant d’aptitudes importantes du mécanicien ou de la mécanicienne de véhicules automobiles, en plus de posséder un permis de conduire valide.

Grâce à une formation supplémentaire, les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles d’expérience peuvent gravir les échelons et devenir chefs d’atelier ou gérants du service d’entretien et de réparation. Ils peuvent mettre leurs compétences à profit dans des métiers connexes, notamment comme instructeurs ou instructrices de mécanique automobile, mécaniciens ou mécaniciennes de camions de transport, mécaniciens ou mécaniciennes de machinerie agricole et mécaniciens ou mécaniciennes d’équipement lourd. Certains peuvent ouvrir leur propre garage ou magasin spécialisé de pièces et d’accessoires pour l’automobile.

Sommaire des compétences essentielles

Les compétences essentielles sont les compétences nécessaires pour vivre, pour apprendre et pour travailler. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements du milieu du travail.

Grâce à des recherches approfondies, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont déterminé et validé neuf compétences essentielles. Ces compétences sont mises en application dans presque tous les métiers et dans la vie quotidienne sous diverses formes.

Une série d’outils approuvés par le CCDA a été élaborée pour aider les apprentis à suivre leur formation et à être mieux préparés pour leur carrière dans les métiers. Les outils peuvent être utilisés avec ou sans l’assistance d’une personne de métier, d’un formateur, d’un employeur, d’un enseignant ou d’un moniteur pour :

  • comprendre comment les compétences essentielles sont utilisées dans un métier;
  • déterminer les forces en matière de compétences essentielles et les aspects à améliorer;
  • améliorer les compétences essentielles et les chances de réussir un programme d’apprentissage.

Les outils sont disponibles en ligne où il est aussi possible de les commander.

Ce document peut renfermer une description de la mise en pratique de ces compétences dans les énoncés de compétences accompagnant chaque sous-tâche du métier. Un aperçu des exigences pour chaque compétence essentielle tiré des profils des compétences essentielles suit. Voici le lien vers la version intégrale.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles doivent lire et interpréter divers types de documents comme des manuels de réparation, des bulletins du fabricant et des documents sur la sécurité. Ils se réfèrent aux règlements des gouvernements, aux procédures d’inspection des véhicules et aux exigences relatives à la manipulation des matières dangereuses et à l’élimination et à la sécurité des véhicules.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles interprètent des dessins techniques et des organigrammes. Ils repèrent des données telles que des classifications, les spécifications des produits et des matériaux, les numéros d’identification, les quantités et les coûts. Ils utilisent souvent des tableaux complexes de spécifications. Ils numérisent diverses étiquettes des fabricants pour obtenir les numéros des pièces, les numéros de série, les grandeurs, les couleurs et d’autres informations et ils observent les icônes relatives aux dangers et à la sécurité.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles remplissent des documents liés au lieu de travail comme des explications écrites aux clients, des bons de travail, des rapports d’inspection et des rapports d’incident.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles recueillent de l’information provenant de différentes sources au sujet des défectuosités sur les véhicules et des réparations nécessaires, expliquent les résultats des inspections et des réparations et discutent des méthodes d’entretien. Ils échangent de l’information technique au sujet des réparations et du diagnostic avec d’autres personnes comme les gérants du service d’entretien et de réparation, les apprentis, leurs collègues et les fournisseurs.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles prennent diverses mesures à l’aide d’instruments numériques et analogiques. Ils estiment la période de temps nécessaire pour effectuer les réparations. Ils comparent les mesures de l’énergie, de la dimension, de la vitesse, de la puissance, de la température et du couple aux spécifications. Ils analysent les lectures associées à la pression, à la puissance, au couple, à la compression et à l’énergie électrique pour évaluer le rendement des véhicules et faire le diagnostic des pannes.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles utilisent leur capacité de raisonnement et effectuent des analyses visuelles pour diagnostiquer des problèmes et les réparer. Ils évaluent la gravité des défectuosités et des anomalies des véhicules ainsi que la qualité des réparations. Ils décident de la marche à suivre la plus efficace pour effectuer un travail.

La plupart des mécaniciens et des mécaniciennes de véhicules automobiles effectuent seuls les travaux décrits dans les bons de travail. Ils peuvent aider d’autres personnes à effectuer des travaux qui nécessitent deux personnes ou qui sont compris dans leur champ d’expertise. Ils collaborent efficacement avec leurs collègues, notamment les vendeurs, les préposés aux pièces et les membres de la gestion pour résoudre des préoccupations, des situations et des problèmes.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles utilisent des outils d’analyse informatisés et des outils de diagnostic manuels et à bord des véhicules pour obtenir de l’information opérationnelle au sujet des véhicules. Ils consultent Internet et des bases de données pour récupérer de l’information au sujet des réparations. Ils utilisent la technologie numérique pour échanger de l’information avec d’autres mécaniciens, des gérants du service d’entretien et de réparation, des collègues se trouvant à d’autres endroits et les spécialistes du soutien du fabricant. Les compétences de base en informatique et savoir utiliser un clavier constituent un atout.

En raison des changements dans l’industrie, il est essentiel pour les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles de rester au fait de la dernière technologie. Ils apprennent par le biais du travail, des activités d’information organisées et de groupes de discussion. Leur formation leur est fournie par les fabricants de véhicules, les fournisseurs de pièces, les employeurs et les associations. Ils perfectionnent également leurs compétences en lisant des magazines et des périodiques liés au travail ainsi qu’en consultant des sites Web sur le domaine de l’automobile.

Tendances dans le métier de mécanicien/mécanicienne de véhicules automobiles

On observe une tendance chez les consommateurs et les gouvernements à vouloir réduire les émissions et la consommation de carburant. Les exigences en matière d’entretien, les calendriers, l’historique et les rappels deviennent de plus en plus importants. Les pièces des véhicules sont fabriquées de matériaux plus légers et plus résistants. Des systèmes de gestion de véhicules plus complexes et puissants sont utilisés.

Les véhicules hybrides et les véhicules électriques sont de plus en plus populaires. Les véhicules à essence plus performants et les véhicules à moteur diesel plus propres deviennent la norme. Le besoin de formation plus poussée se fait toujours sentir dans l’industrie.

Les réseaux de communication des véhicules qui intègrent plusieurs systèmes, comme les systèmes de sécurité, les suspensions, les directions et les systèmes de freinage sont en voie de faire partie de l’équipement de série. Une bonne connaissance de toute une gamme de technologies est essentielle, notamment en ce qui concerne les systèmes audio et les systèmes de surveillance de véhicules par voie de communication satellite, les nouveaux modèles de freins automatisés (système de freinage à réduction d’impact, régulateur de vitesse adaptatif), l’assistance pour le changement de voie et le stationnement (système de surveillance des angles morts, caméras de recul), la boîte de vitesses à double embrayage, les réseaux de communication complexes et les moteurs à injection directe d’essence. Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles doivent apprendre à connaître ces nouveaux systèmes.

En raison de l’introduction d’une gamme de technologies sophistiquées, on remarque une tendance vers la spécialisation dans le métier. L’apprentissage en ligne est accessible aux mécaniciens et aux mécaniciennes de véhicules automobiles et est utilisé pour leur formation et leur développement professionnels. Internet est également fréquemment utilisé comme ressource en milieu de travail pour la recherche et le partage d’information.

On observe une plus grande importance accordée aux produits écologiques et moins dangereux et à de meilleures procédures de recyclage, d’élimination et de manipulation. Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles doivent être conscients des effets adverses des matières dangereuses sur les travailleurs et sur l’environnement et ils doivent connaître les règlements applicables.

On observe également une plus grande tendance à remplacer les composants plutôt qu’à les réparer. Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles doivent être au courant de la qualité et de la compatibilité des composants remplacés ou remis à neuf comparativement aux normes du fabricant d’équipement d’origine. Un plus grand choix d’options sur les véhicules automobiles entraîne davantage de personnalisation des véhicules, en fonction des préférences des consommateurs. Il est important d’écouter attentivement les consommateurs avant de tenter de réparer un problème qui pourrait être une caractéristique du véhicule. Il est primordial de consulter les protocoles de sécurité d’un système avant d’y effectuer des travaux.

Niveau de performance auquel s’attend l’industrie

Toutes les tâches doivent être effectuées selon les normes et les codes provinciaux et territoriaux qui s’appliquent. Toutes les normes de santé et de sécurité doivent être respectées et observées. Le travail devrait être de haute qualité et effectué avec efficience, sans gaspillage de matériaux ou dommages causés à l’environnement. Toutes les exigences des spécifications du fabricant doivent être respectées. Les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles doivent travailler avec professionnalisme et chercher à satisfaire les attentes des clients ou à les surpasser. Au fur et à mesure que les mécaniciens et les mécaniciennes de véhicules automobiles progressent dans leur carrière, on s’attend à ce qu’ils continuent à mettre leurs compétences et leurs connaissances à niveau afin de suivre l’évolution de l’industrie et à ce qu’ils fassent la promotion de l’apprentissage continu dans leur métier, notamment le mentorat d’apprentis. Au niveau de performance de compagnon, toutes les tâches doivent être menées avec un minimum d’orientation et de supervision.

Exigences linguistiques

Il est attendu que les compagnons peuvent comprendre l’anglais ou le français, qui sont les deux langues officielles du Canada, et qu’ils peuvent communiquer dans une ou l’autre de ces langues. L’anglais et le français sont les langues communes des affaires et de l’enseignement des programmes d’apprentissage.

Remerciements

Le CCDA et EDSC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, aux ministères et organismes gouvernementaux des provinces et des territoires ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

EDSC et le CCDA tiennent à remercier l’Association des industries de l’automobile du Canada, qui a fourni des conseils pour l’élaboration de la présente NPSR.

Un remerciement spécial est adressé aux représentants ci-dessous qui ont grandement contribué à l’ébauche initiale de la présente NPSR et qui ont offert des conseils éclairés pendant son élaboration :

  • Ryan Cunningham - Saskatchewan
  • Charlie Druken - Terre-Neuve-et-Labrador
  • Stefan Engelhard - Manitoba
  • Bob Ford - Île-du-Prince-Édouard
  • Bob Forward - Saskatchewan
  • Alain Gauthier - Québec
  • Rudy Graff - Association des industries de l’automobile du Canada
  • Donald Greer - Nouveau-Brunswick
  • Jeff Hoff - Colombie-Britannique
  • Russ Hunter - Colombie-Britannique
  • Bernard Jurcina - Nouvelle-Écosse
  • John Kamphuis - Île-du-Prince-Édouard
  • Daniel Klippenstein - Manitoba
  • John Lundrigan - Terre-Neuve-et-Labrador
  • Randy McCoy - Nouveau-Brunswick
  • Jason McDougall - Alberta
  • Greg Pilecki - Ontario
  • Joe Piper - Ontario
  • Martin Restoule - Ontario
  • Jeff Roberts - Alberta
  • David Rose - Nouvelle-Écosse
  • Shaughn Thompson - Nouveau-Brunswick
  • Patric Vachon - Québec
  • Robert M. Worobec - Saskatchewan

La présente NPSR a été préparée par le personnel de la Direction de l’apprentissage et des professions réglementées d’EDSC. La coordination, la facilitation et la production de la présente NPSR ont été effectuées par l’équipe d’élaboration des NPSR de la Division des métiers et de l’apprentissage. L’Ontario, la province hôte, a aussi pris part à l’élaboration de la présente NPSR.

Date de modification :